Edito

Editos

Macron, t’es dans de Beaux Draps ! C’est Louis-Ferdinand qui le dit !

Ça y est ! Il est à la télé le père Macron, la tronche mal rasée, les mains posées sur le pupitre comme quand Gigitte du haut de ses 40 balais donnait des cours à son futur poulain. La pouliche a pas réussi à en faire un alezan de son poney, de son gamin qu’elle a fait président. L’étalon manque de couilles. On s’endort, il nous soporise, il allume le ronflement. Ça cogne dans la rue, ça défigure les mioches, pas grave, une prime aux chiens uniformisés de la république pour qu’il tabasse plus, femmes, vieillards, handicapés, gamins. Dans ta gueule, le pauvre, le gueux qui n’en peut plus de raquer pour la clique en costard qui se fait des fauteuils à la mesure de son cul au Sénat. De ces fins de races aux visages obscènes qui au Parlement viennent cachetonner comme des vieilles putes républicaines. Ça encaisse sans savoir combien vaut le bout de gras pour la plèbe.

Lire la suite

Résister

Tour d'horizon

Entretiens

Le feuilleton

Le feuilleton

Candid.e.s 22 : ce qui arriva dans Pedzouille à Candid.e.s et à Roger

Arrêtés à un carrefour par un agent de la Macronie, Candid.e.s et Roger attendaient patiemment le passage du convoi officiel, se demandant qui pouvait bien être ce grand personnage qui recréait pour son bon plaisir les grands embarras de Pedzouille. Las d’attendre, ils rangèrent la berline et avisèrent un cabaret aux allures confortables où le vin et la bière tromperaient aisément leur attente. De nombreux voyageurs, attendant la libération de Pedzouille, étaient attablés dans l’établissement et Candid.e.s, toujours curieux, se mêla très vite aux conversations animées. Un joli jeune homme qui portait une tenue arc en ciel fort seyante s’assit aussitôt au plus près de nos voyageurs et se fit fort caressant en échange de quelques renseignements sur les derniers événements pedzouillais.

Lire la suite

Arts, lettres et chansons

Zones occupées

Réflexions & Histoire

La Voix de son maître

Ecoutez

Haut De Page