Profanation de la tombe de l’Abbé Perrot : la gauche doit se préparer à déguster

dans Tour d'horizon

BREIZATAO – PENNADSTUR (04/04/2018) La profanation de la tombe de l’Abbé Perrot, défenseur de la cause nationale bretonne assassiné par les égorgeurs communistes en 1943, est venue nous rappeler cette vérité : l’ennemi est un et indivisible, c’est la gauche d’importation française. Et elle doit s’attendre à déguster.

Roblin, idiot utile de la gauche française

Tout d’abord, nous avons retrouvé, derrière cet acte, la bande de marginaux et de camés gravitant autour de l’élément infiltré Gaël Roblin.

De manière caractéristique, l’intéressé se trouvait à Lorient pour agiter l’opinion en faveur de l’organisation communiste et terroriste kurde du PKK et de son faux-nez syrien du YPG.  C’est sur le retour de la bande que la profanation a eu lieu.

Celui qui a, seul, détruit la gauche indépendantiste bretonne à la fin des années 90, bénéficie de la plus grande bienveillance de la part du système politique et médiatique actuel. Il ne se passe pas une semaine sans que cet agent ne soit opportunément mis en avant par la presse d’état.

Cette presse n’a pas pour habitude de promouvoir les militants politiques bretons jugés dérangeants par le gouvernement français.

La vermine marxiste ne change pas

Lire la suite sur Breiz Atao.

Derniers articles Tour d'horizon

Haut De Page