15 pays manifestent devant les ambassades argentines contre le projet de loi en faveur de l’avortement

dans Résister

Le 30 juillet, des citoyens et des organisations de 15 pays d’Amérique latine, ainsi que d’Espagne et de France, se sont regroupés devant des ambassades et consulats argentins pour protester contre le projet en faveur de l’avortement qui sera voté au Sénat argentin. Un manifeste signé par quelques 170 organisations pro-vie du Conosur a été déposé aux ambassades et consulats. Le manifeste demande aux dirigeants des pays latino-américains qu’ils développent des «politiques» pour les mères vulnérables et écoutent les demandes du peuple argentin.

Rédaction NSP
TRADUCTION FRANCESCA RIVERA

#Latinoamericaxlas2vidas est une initiative du mouvement Ola Celeste créé en Argentine et se manifeste par l’utilisation de foulards bleus avec le slogan Sauvons les deux vies (Salvemos las 2 Vidas).
Les pays adhérant au mouvement # Latin Americanxlas2vidas sont la Colombie, le Venezuela, le Paraguay, le Chili, le Pérou, l’Uruguay, le Mexique, l’Equateur, le Salvador, la Bolivie, le Guatemala, le Panama, le Brésil, le Costa Rica, l’Espagne et la France.
Rosario Vidal, Présidente du Movimiento Mujeres Reivindica, explique que « la position en faveur de l’avortement a beaucoup de relais médiatiques et beaucoup de financement externeIl faut comprendre que l’avortement n’est pas une décision libre et la femme qui avorte ne prend pas une décision au sujet de son corps. La maternité vit tous les jours des situations de discrimination et de violence, cela est la réalité qu’il faut attaquer pour combattre le problème social de l’avortement ».

María Candela Fosch, argentine résidant au Chili, a participé à la manifestation devant l’ambassade parce qu’elle croit qu’il est « important de défendre les droits des personnes sans voix. La violence ne se remplace pas par plus de violence mais par l’amour et c’est ce dont nous avons besoin, une société engagée avec des droits dont le principal est le droit à la vie ».
Patricia Gonelle, directrice exécutive de Maternitas Corporation, a déclaré que ce qui se passe répond «à un plan de mise en œuvre de l’avortement gratuit dans tous les pays du continent. Cela se produit depuis de nombreuses années et nous devons prendre conscience que nous devons nous unir, parce que nous ne pouvons pas permettre que s’installe cette culture de la mort qui cherche à éliminer les plus démunis, au début comme à la fin de leur vie. »

Source : Aciprensa.com

Derniers articles Résister

Haut De Page