A Angers, les milices antifascistes rouges mobilisées contre L’Alvarium

dans Zones occupées

Le Collectif angevin antifasciste appelle une fois de plus à manifester le samedi 21 septembre 2019 contre la réouverture du local identitaire L’ Alvarium. Une fois de plus, les humanistes rouges ne tolèrent aucune expression, si ce n’est la leur aux service des autres. Surprise. Figureront aux côtés des adorateurs du marteau et de la faucille, de la Palestine, d’Action Directe, de l’autogestion … les gilets “jaunes” locaux? Le doute m’habite…


Rédaction NSP
Klara Von Kustniz

Le RAAF (Réseau Angevin Antifasciste) vient de se fendre d’un appel vengeur pour appeler à la fermeture à Angers du nouveau local nationaliste l’Alvarium. Les signataires de l’appel sont clairement identifiés et parfois à l’insu de leur plein gré  :
Signataires de l’appel : Pas Sans Nous 49 – Union Communiste Libertaire 49 – Solidaires 49 – Collectif Émancipation – Cercle 49 – Le Groupe des Gilets Jaunes d’Angers – UNL 49
Appellent au rassemblement :
CNT 49 – NPA 49
Visiblement le Jaune ne voit pas rouge et ne sombre pas dans la haine ….

Le triangle rouge Franc-Maçon en première ligne !

Le communiqué du collectif ne laisse planer aucun doute : les gauchistes détiennent la vérité, sont dans le camp du bien et nulle voix dissidente ne peut se faire entendre. Selon eux, Angers serait « défigurée » par l’existence d’un local « fasciste ». Angers, comme de nombreuses villes françaises,  n’est-elle pas déjà défigurée par les gribouillis et autres tags haineux des gauchistes en mal d’expression artistique. Et que dire de leurs affiches qu’ils collent partout et n’importe où au mépris le plus total de la légalité ? Salir, dégrader reste l’apanage de ces hordes d’antifas au service du système. Car il le garde bien, le système, en exécutant les basses besognes des financiers et autres ploutocrates, c’est-à-dire en faisant taire tout ce qui pourrait nuire au système, à savoir les fameux « fascistes ».
D’ailleurs, les nains rouges les qualifient directement de « cathos-tradis-identitaires ». En effet, quand on est catholique traditionaliste et que l’on défend son identité, on ne peut être que contre le système du Veau d’or qui nous gouverne mais les bolchéviques incultes qui confondent la France et la république n’ont toujours pas compris qui ils servaient…
Il est remarquable de constater que leur haine va en tout premier lieu aux « cathos », taxés d’homophobie, transphobie, machinphobie et j’en passe. Que diable les cathos leur ont-ils fait, à ces antifas, eux qui ont coutume de traîner avec les pires islamistes et de soutenir les femmes voilées au nom de la liberté. Que je sache, ce ne sont pas les cathos qui lapident, brûlent, défenestrent leurs très chères féministes, homosexuels et transsexuels.
Un petit voyage en Charia leur ferait peut-être le plus grand bien à ces guignols de la tolérance à géométrie variable pour assister à quelques exécutions sommaires et publiques, avec un passage à Saint-Nicolas-du-Chardonnet au retour pour voir comment les mères de famille remplies de haine poussent leurs poussettes sur les pieds des invertis, ce qui leur permettra de comparer et peut-être- sait-on jamais- de voir de quel côté est le « phobe ».
Leur haine du catholicisme n’est rien d’autre que la patte crochue du marionnettiste qui les manipule. Prions pour ces malheureux afin qu’ils ouvrent un jour les yeux et arrachent les ficelles qui les relient aux maîtres du Nouvel Ordre Mondial.

Casseurs incultes …

Pitoyables, ces communistes de bac à sable se vantent d’avoir « redécoré » le local de l’Alvarium. A défaut de maîtriser l’histoire et la langue française, ils ont assimilé l’usage de l’euphémisme : « redécorer » signifie en réalité « entièrement saccager », « piller », voler », « détruire », ce dont ils se vantent régulièrement sur les différentes pages Facebook de leurs nébuleux collectifs, en toute impunité puisqu’aucune de leur publication de vol, de violence ou de pillage ne contrevient jamais aux standards de la communauté et de la République. Couvrir un cimetière, des habitations de graffitis ? Pas grave ! Aux habitants de porter plainte …
Ces décérébrés rougeâtres ne se posent même pas la question de leur impunité. Comment se fait-il que nulle justice ne les poursuive, que nulle police ou maréchaussée ne les inquiète dans leurs exactions ou alors un tout petit peu, une remontrance au niveau du chatouillis pour donner le change. Il est vrai que quand on sert bien ses maîtres, on ne risque pas grand-chose. D’autant plus que les camarades antifascistes appartiennent tous plus ou moins à une bourgeoisie dorée ex-gloire de mai 68 en mal de gauchisme. Ces enfants de boomers ne font que suivre les traces de leurs parents nantis : détruire ce qui fait la grandeur d’une nation pour mieux asseoir le règne de la consommation et des valeurs mercantiles.
Rois de l’inversion accusatoire, ils projettent leur petite bourgeoisie révoltée sur les militants nationalistes, confondant allègrement tiers-état et noblesse, aussi jaloux des valeurs traditionnelles de la France que l’étaient leurs prédécesseurs sanguinaires en 1793 lorsque ces voyous déguenillés décimèrent les populations au nom de la « liberté » pour mieux voler le pouvoir et l’argent. Ne nous y trompons pas, nous avons affaire aux mêmes septembriseurs qui ne reculaient devant aucun meurtre ou pillage et qui, si leurs maîtres les y autorisaient, n’hésiteraient pas un jour à violer et à tuer comme l’ont fait les hordes de malfrats jetés sur Paris par les bourgeois pour imposer leur pouvoir dans le sang.
Ces chantres de la tolérance emploient pas moins de dix fois le verbe « tolérer » dans deux paragraphes et pourquoi ? Pour dire qu’ « ils ne peuvent pas tolérer. » La grammaire est cruelle, messieurs les antifas, et dévoilent clairement vos intentions. Vous n’êtes que négation et intolérance.
Reprenant les méthodes de Willy Münzenberg, ce communiste véreux qui instrumentalisa l’antifascisme au service de Staline, les membres du collectif angevin antifasciste avaient commencé par faire courir des rumeurs dans le quartier où s’était installé le premier Alvarium afin d’effrayer la population, ne reculant devant aucune médisance et allant, toujours la même méthode, jusqu’à harceler les voisins pour faire croire à une opposition locale puis à saccager en murant le local et enfin à terroriser les gens du quartier en insinuant la possibilité de crimes abominables de la part des fascistes. « Qui sera la prochaine victime de leur haine ? », écrivent-ils alors qu’il n’y a pas eu de victime. Manipulation, mensonge, agitation, propagande, terrorisme, telles sont les méthodes antifascistes.

Merci La Horde !

Les mêmes zozos à Lyon fiers d’afficher leur pillage sur Facebook … Image conforme à la “communauté”.

Non contents de piller et voler, les voilà qui appellent, une fois de plus, à manifester, sans doute sans autorisation c’est-à-dire à troubler l’ordre public comptant bien que leurs propres troubles pousseront les autorités à faire fermer le local alors que pas d’antifas, pas de manifestation et donc pas de trouble à l’ordre public car l’Alvarium- si on le laisse en paix- ne trouble en aucun cas l’ordre public. Ses militants se contentent de se réunir et d’organiser des maraudes, pas plus au faciès que celles des gauchistes qui n’aident que les allogènes.
Enfin leur communiqué se termine par un magnifique appel à la délation et au harcèlement de tout ce qui ne pense pas comme eux puisqu’ils avouent clairement leurs intentions de combattre « dans nos rues, sur nos lieux de travail, dans toutes les activités du quotidien », très clairement donc de dénoncer et de crier au loup dès qu’un collègue ou un commerçant a le malheur de ne pas penser comme eux, c’est-à-dire de ne pas avoir envie de favoriser l’immigration de masse ou de voir l’anormalité s’ériger en normalité ou la dégénérescence morale atteindre notre peuple ou de voir disparaître nos traditions séculaires comme le souhaiteraient les maîtres tout-puissants de ces nervis du Nouvel Ordre Mondial.
Ce collectif, comme tous les autres mouvements antifascistes, est bien-entendu étroitement lié à La Horde, site hébergé par Samidzat.net dont le gérant  n’est autre que le directeur artistique du journal Le Monde,  Aris Papathéodorou.  Dans “leur combat”, les antifas angevins bénéficient bien entendu du soutien du quotidien très … humaniste et subventionné par l’Etat Ouest France comme le rappelait L’Observatoire du Journalisme en 2018. La boucle est bouclée. Antifascistes peut-être, chiens du système sûrement et depuis toujours.


En images

Nous nous interrogeons d’ailleurs sur les liens entre RAAF (Réseau Angevin Anti Fasciste) et le collectif Ouvéqoumékh.a qui regroupe les juifs de l’Ouest de la France (sic) et auquel La Horde ouvre largement ses pages, collectif qui signe ses communiqués de l’expression ובקומך  qui signifie “et vous?” sous-entendu “et vous, êtes-vous aussi antisémite?”. Toutes les ficelles de cette joyeuse communauté pleurnicharde des antifascistes sembleraient être tirées par les dirigeants du site La Horde et  son affidé Claude Halfen -juif allemand ancien d’Action directe- qui, s’il n’apparaît pas dans les statuts de l’association Samizdat, statuts que nous avons dans nos archives, paraît  pour autant lui servir d’inspirateur. Pourquoi donc, s’il n’y a aucun lien entre RAAF et Ouvéqoumékh.a retrouve-t-on la fameuse expression “et vous” en hébreu sur leur compte Twitter ?


En vidéo

Communistes, pro palestiniens, anarchistes … la chienlit qui sert la République n’a jamais d’ennuis. Et pourtant ! Tags, dégradations … tout va bien. Leהציוצים העדכניים ביותר של RAAF (écriture folklorique communiste ?)  Réseau Angevin Antifasciste … va pouvoir le 21 septembre à nouveau organiser le désordre publique. Sers ton maître. Le remake de 2018 (la vidéo) se prépare.


Mise à jour 20 septembre : Angers. Rassemblement antifasciste : le préfet interdit le centre-ville.  Pourquoi pas tout simplement ce rassemblement ?

Derniers articles Zones occupées

Haut De Page