Loustaunau-Canau Saint Cyr

Saint-Cyr  : la promotion Loustaunau-Lacau débaptisée  !

dans Zones occupées

L’armée de Terre a décidé de débaptiser la promotion Loustaunau-Lacau 2016-2019 de l’École Spéciale Militaire de Saint-Cyr du nom de ce général pour cause « d’antisémitisme ». Cet événement incroyable résulte d’une querelle interne à l’armée entre des historiens du Service Historique de la Défense (SHD) … Le Chef d’Etat Major de l’Armée de Terre s’est couché mettant en cause son prédécesseur et ses services (SHD et écoles). Les élèves ne peuvent rien faire. La promo est humiliée et les traditions séculaires bafouées.


Rédaction NSP
Claude Timmerman

C’est le Figaro qui a révélé cette affaire invraisemblable. « L’armée de Terre a décidé de renommer la promotion 2016-2019 de l’École Spéciale Militaire de Saint-Cyr, qui forme ses futurs officiers supérieurs, baptisée jusqu’ici «général Loustaunau-Lacau», héros des deux guerres mondiales mais notoirement antisémite. Le chef d’état-major des armées et l’armée de Terre, en concertation avec la ministre des Armées, ont décidé de ne plus utiliser ce nom de promotion», a expliqué à l’AFP le porte-parole de l’armée de Terre, le colonel Benoît Brulon. Il sera engagé avec les élèves de la promotion concernée un «parcours de mémoire» au terme duquel un nouveau nom de parrain sera choisi », a-t-il précisé.
De quoi faire les choux gras de certains medias « communautaristes » dont i24News.
« Il (le général Loustaunau-Lacau, ndlr) a notamment animé en 1938 une maison d’édition nationaliste, La Spirale, qui a publié deux revues dans lesquelles sont parus de nombreux articles anticommunistes, antiallemands et antisémites. L’officier a lui-même écrit au moins un article en 1938 dans lequel il met en doute la loyauté des Français juifs, explique l’armée de Terre. Georges Loustaunau-Lacau a par ailleurs été suspecté d’avoir formé avec son réseau anticommuniste la partie militaire de la mouvance d’extrême droite de la Cagoule, lui valant un procès à la Libération au terme duquel il fut reconnu innocent et réhabilité. Ces récentes révélations ont mis en lumière une personnalité contestable, qui, en dépit d’un passé de militaire et de résistant courageux présente plusieurs actes répréhensibles qui ont conduit le chef d’état-major de l’armée de Terre à considérer qu’il n’était pas acceptable qu’une promotion d’officiers-élèves puisse prendre le parcours du général Loustaunau-Lacau comme une « référence », souligne le communiqué. »
Nous eussions aimé que l’article incriminé fût reproduit afin d’en mesurer le niveau « d’infamie ».

Une vie au service de la France

 Loustaunau-Canau
Le général Loustaunau-Lacau.

Reste à savoir si les traditions militaires de Saint Cyr se plieront à cette infamie ou si, pour leur honneur, les officiers concernés refuseront de voir débaptisée leur promotion. Une « promotion sans nom » serait finalement une belle reconnaissance envers un parrain réhabilité, mais dénigré.
« L’officier aurait donc lui-même écrit au moins un article en 1938 »  Voltaire a fait bien pire et il est toujours enseigné !
Comment un article peut-il rayer quarante ans de combats et d’héroïsme au service de la France qu’incarne Loustaunau-Lacau, militaire, résistant, torturé mais … viscéralement anti-communiste.
Fin 1936, il avait été l’initiateur d’un service de renseignement anticommuniste dans l’armée : les « réseaux Corvignolles », faussement considérés comme le pendant militaire de la Cagoule. Cela lui avait valu un procès à la Libération au terme duquel il fut reconnu innocent et réhabilité. Mais de nos jours, il y a réhabilitation et réhabilitation, visiblement.
D’un point de vue historique, il est vrai que fin mars 1939, le général célébra l’Espagne de Franco lors d’un meeting parisien du « Mouvement de l’Ordre national », présidé par Abel Bonnard, en présence d’un représentant du nouvel ambassadeur d’Espagne.
Loustaunau-Lacau – fidèle pétainiste après la création de l’Etat Français – s’est déclaré d’accord avec l’union des Français demandée par Daladier, mais il en exclut les Juifs et les communistes. Par la suite il passera dans la résistance sous couvert de ses bonnes relations avec Vichy mais sera toujours un anticommuniste farouche ce qui ne lui sera jamais pardonné …

Esprit libre toujours guidé par son amour de la France et sa dévotion à la patrie, son indépendance lui vaudra bien des vicissitudes :

  • arrêté en mars 40 et incarcéré sur ordre de Daladier, emprisonné à la forteresse de Mutzig près d’Obernai ;
  • passé en Afrique du Nord pour préparer le soulèvement de l’armée d’Afrique, alors commandée par Weygand, il est arrêté en mai 1941 pour dissidence sur ordre de celui-ci, car le général n’accepte pas que des officiers complotent pour faire entrer l’AFN aux côtés des Britanniques ;
  • évadé, à nouveau arrêté, cette fois à Pau en juillet 1941, sur l’ordre de l’amiral Darlan
  • livré à la Gestapo le 31 mars 43, il subit cinquante-quatre interrogatoires, et condamné à mort, il est déporté en juillet 1943 d’abord à Neue Bremm puis, à partir du 16 octobre 1943, à Mauthausen.

Rentré en France, il lancera au procès du maréchal Pétain cette déclaration fracassante : « Je ne dois rien au maréchal Pétain, mais je suis écœuré par le spectacle des hommes qui, dans cette enceinte, essaient de refiler à un vieillard presque centenaire l’ardoise de toutes leurs erreurs. » Ce qui évidemment n’allait pas lui être pardonné non plus !

Promotion Pétain

L’affaire à juste titre fait grand remous au sein de La Saint Cyrienne, (Association amicale des élèves et anciens élèves de l’école spéciale militaire de Saint-Cyr) qui dans un communiqué a rappelé ce fait : « Lorsque la promotion « Maréchal Pétain », devant l’évolution de la situation en France, demanda son avis au général de Gaulle sur l’opportunité de garder son nom, celui-ci leur fit savoir « qu’un nom de promotion de Saint-Cyr est un moment de l’Histoire de France. On le garde quoi qu’il arrive et on l’assume ! ».
L’association mesure également : « La tristesse de voir une jeune promotion, hier fière, comme ses aînées, de son nom de baptême, et, aujourd’hui, vexée de subir une mesure, dont ils ne sont pas responsables ! » et déplore que cette affaire est « Triste aussi pour la famille du parrain, qui après avoir vu leur aïeul réhabilité une première fois par le Président Auriol en1955, puis une deuxième fois en 2017 en donnant son nom à une promotion de Saint-Cyr, le voit ainsi humilié… »
Cette tristesse est partagée par tous ceux qui aiment la France, ses institutions militaires et qui voient de grandes figures envoyées aux oubliettes sous la pression du communautarisme.

Pour notre part, nous resterons fidèles au chant que la bien-pensance demande d’enterrer :
« Face aux juges qui vous blâment fier, altier
Face à ceux qui osent jeter la pierre
Vous êtes pour nous tous le dernier
Des Mousquetaires. »

Et il n’y a pas à douter que ces saint-cyriens débaptisés seront de valeureux mousquetaires et que cet épisode blessant sera une étape supplémentaire à leur formation d’hommes et de femmes d’honneur.


Derniers articles Zones occupées

Le cœur et la rage

Dans notre progressisme natif, nous avons du mal à accepter que les

Salvamos Franco !

Le gouvernement socialiste espagnol vient de décider de déterrer le Caudillo. Sa
Haut De Page