Alexandre Simonnot : “Jamais un rabbin n’aurait été invité à parler dans une église traditionaliste!”

dans Résister

Alexandre Simmonot, 42 ans, est marié, catholique et père de quatre enfants. En plus de sa profession de délégué pharmaceutique, il est conseiller municipal de Taverny dans le Val d’Oise et membre du Bureau politique du Parti de la France.  Le 12 décembre dernier, il a eu l’occasion de réaffirmer la foi catholique dans la paroisse conciliaire Saint François-Xavier à Paris dont le prêtre avait invité un rabbin pour une conférence, ce qui lui a valu quelques démêlés.


Rédaction NSP
Klara Von Kustniz

Vous vous êtes rendu le jeudi 12 décembre 2019 dans l’église Saint François-Xavier pour y admirer l’une des plus belles crèches de Paris. Quelle surprise vous y attendait ?
Alexandre Simmonot : En rentrant dans cette église j’ai constaté avec stupeur qu’un rabbin était invité à y tenir une conférence le soir-même. Je me suis renseigné pour savoir si cette conférence avait lieu dans une salle paroissiale, il m’a été répondu qu’elle aurait lieu dans le choeur de l’église …
Quelle a été votre réaction lorsque vous avez découvert cette conférence “oecuménique”?
A.S : Je n’ai absolument rien contre des rencontres avec des personnes de croyances diverses. D’ailleurs notre devoir apostolique est d’enseigner Notre Seigneur Jésus-Christ à toutes les nations. Ce que j’ai trouvé scandaleux, c’est qu’un rabbin puisse prendre la parole dans un lieu saint, consacré au culte catholique. C’est ça que je trouve très choquant. C’est un sacrilège.
Quel était le sujet de la conférence donnée par le rabbin et en quoi concernait-elle les catholiques?
A.S : Le sujet de la conférence était “Juifs et chrétiens, une espérance commune”. Tout un programme … Je ne vois pas trop en quoi nous avons une espérance commune puisque les juifs attendent toujours la venue du Messie alors que nous, nous connaissons le Messie, Notre Seigneur Jésus-Christ. Né de la Vierge Marie, qui a souffert sous Ponce Pilate, qui est mort pour nous, qui est ressuscité et qui est monté aux Cieux. C’est notre Credo.
Notre Seigneur Jésus-Christ est notre Dieu, notre Sauveur alors que les juifs l’ont rejeté, l’ont crucifié et le considèrent toujours comme un faux Messie, un imposteur. Par conséquent, je ne vois pas trop comment nous pourrions avoir avec eux une “espérance commune” …
Pourquoi, selon vous, cette conférence constituait-elle un sacrilège et auriez-vous réagi de même face à un conférencier protestant ou musulman ?
A.S : Le sacrilège est par définition la profanation de la chose sainte, de la chose consacrée. Une église catholique est construite et consacrée pour le culte catholique, pour la Messe catholique, pour les offices catholiques, pour la liturgie catholique. En aucun cas elle n’est une salle de concerts ou de conférences, surtout quand ces conférences sont tenues par des ennemis de l’Eglise, des hérétiques.
Bien sûr j’aurais eu la même réaction face à un conférencier protestant ou musulman.
Le but de l’Eglise c’est de rendre un culte à Dieu et de sauver nos âmes ! Et on ne sauve pas nos âmes en invitant des gens qui professent des erreurs, c’est de la folie, c’est du suicide ! C’est la ruine de l’esprit missionnaire de l’Eglise.
Si nous avons tous le même Dieu et que nous pouvons tous être sauvés, quelles que soient nos religions alors autant tout arrêter. L’Eglise est l’unique Arche du salut, et elle doit enseigner à temps et à contre temps Notre Seigneur Jésus-Christ, en administrant les sacrements qu’Il a institués pour le salut de nos âmes. Ce n’est certainement pas en invitant des rabbins à tenir des conférences que nous allons travailler au salut de nos âmes, bien au contraire.
Vous avez réagi par la prière, ce qui est tout à votre honneur, avant de vous faire jeter dehors. Comment expliquez-vous la réaction pour le moins violente du curé de la paroisse ?
A.S : Au moment où le curé a donné la parole à ce rabbin, je me suis levé et j’ai chanté un Je vous salue Marie, tout simplement. Pour manifester ma foi catholique et rappeler ainsi que nous étions dans une paroisse catholique où le rabbin n’a pas à prendre la parole.
Le curé m’a pris par le bras et m’a manu militari mis à la porte sans répondre aux questions que je lui posais légitimement.
Je lui ai demandé: que faisait-il de son sacerdoce ? Que faisait-il du salut des âmes ? Que faisait-il de la divinité et de la royauté de Notre Seigneur Jésus-Christ ?
Vous avez tenté de dialoguer avec ce prêtre afin de lui rappeler ses devoirs . Comment a-t-il réagi ?
A.S : Je tentais effectivement un dialogue mais je me suis heurté à un mur. Manifestement ce curé qui s’appelle Monseigneur Bruno Lefèvre-Pontalis était très gêné par mon intervention, car je le mettais directement face à ses responsabilités. Sa mission est de nous enseigner Jésus-Christ et lui il invite un rabbin ! Peut-être pense-t-il que nous sommes trop saints et que nous pouvons nous dispenser de l’enseignement catholique.
J’ai été scandalisé par son attitude. La seule chose qu’il a trouvé à me dire c’est : “Et les Apôtres ils étaient de quelle religion ?” Je lui ai répondu qu’ils étaient évêques de l’Eglise Catholique et qu’ils sont morts martyrs pour cela.Et il m’a claqué la porte au nez, sans autre forme de procès.
Cet incident s’est déroulé au sein de l’église conciliaire issue du Concile Vatican II. Aurait-il été imaginable au sein de l’église traditionnelle ?
A.S : Bien sûr que non, jamais un rabbin n’aurait été invité à parler dans une église traditionaliste, c’est évident. Ce funeste concile, en plaçant toutes les religions à égalité, a propagé la peste de l’indifférentisme La réunion par Jean-Paul II de toutes les religions à Assise en 1986 a été un désastre pour l’Eglise qui n’enseigne plus la Vérité. Dieu merci nous avons eu l’action providentielle de Monseigneur Lefebvre qui a véritablement sauvé la Tradition Catholique en nous donnant des évêques catholiques, des prêtres catholiques et en continuant à célébrer la Messe de toujours, avec les sacrements de toujours. La venue de ce rabbin à St François-Xavier est la conséquence directe de cet esprit d’Assise, de cet esprit conciliaire qui a découronné Notre Seigneur Jésus-Christ en ne le proclamant plus comme notre Dieu, en ne le proclamant plus comme notre Roi, et confirmant dans leurs erreurs les fausses religions. C’est tout simplement diabolique. Et c’est ce que veut la franc-maçonnerie, véritable bras armé du diable, l’égalité des religions, une fausse religion universelle, une religion de l’homme pour l’homme. Une religion sans Notre Seigneur Jésus-Christ, et donc une religion sans Dieu.

 

 

Derniers articles Résister

Haut De Page