Avaaz-y, y a des nazis !

dans Tour d'horizon

Tout le monde connaît Avaaz.org, organisation « humanitaire » pourvoyeuse de pétitions bien-pensantes et climato-compatibles. Horreur ! Malheur ! Avaaz a été piraté par les nazis ! Aussitôt, la chasse aux sorcières commence et les membres de l’association sont priés de cracher au bassinet pour financer la traque. Celui qui rapporte les oreilles et la queue du nazi gagne un pyjama !


Rédaction NSP
Ivan Lévy

Quelle ne fut pas ma surprise, ce matin, à l’aube dorée, de découvrir dans ma boîte numérique un courriel de l’ONG Avaaz, courriel me priant instamment de lui envoyer des sous pour lutter contre le fascisme. Pourquoi moi ? Qu’est-ce que j’ai encore fait ? J’avais dû signer un jour une vague pétition d’Avaaz.org sur un pauvre chien-chien torturé par un vilain maniaque ou pour sauver les 50 000 chats de la mère Lustucru d’une famine certaine après la mort de la bonne vieille. Je suis trop sentimental et il m’arrive de signer n’importe quoi dès que je vois une photo de chat. Bref, j’étais, sans le savoir, membre de l’ONG Avaaz.org, puisque signataire de leurs pitreries. Dans un moment de folie, si ça se trouve, j’avais peut-être même dû leur envoyer 2 euros pour récupérer une fourrure de chat siamois mangé par une vague peuplade asiatique.
Le courriel, accompagné d’une photo de dirigeants européens fort connus dans les années 40 et  titré « Nous avons été piratés  » m’interpellait en ces termes (je cite) : « Bonjour! Il semble que vous ayez manqué notre appel à défendre nos démocraties de la menace fasciste. Si vous souhaitez en savoir plus et même contribuer, voici de nouveau notre message 🙂 Et désolés de vous envoyer beaucoup d’emails… Nous sommes persuadés que CELUI-CI est vraiment important, pour tout ce que nous voulons faire ensemble pour assurer un avenir meilleur à nos enfants. »
Ciel ! Ventre-dieu ! Jésus-Marie-Joseph, sainte Mère de Dieu ! J’avais manqué l’appel à défendre nos démocraties contre la menace fasciste ! Aussitôt, ni une, ni deux, je me précipitai vers le site d’Avaaz.org pour savoir comment sauver le monde. Car, je veux bien jouer les rédempteurs de l’humanité mais pas avec n’importe qui. J’aime bien savoir à qui j’ai affaire.

Les origines d’Avaaz

Avaaz a été créée avec l’aide de MoveOn.org, association ouvertement anti-Trump  qui milite pour un monde inclusif (sic) et de Res Publica par un même fondateur, le sémillant Ricken Patel- descendant du Cantor de la synagogue de Varsovie- qui reconnaît vivre largement grâce à son militantisme avec un salaire d’environ 132 000 euros par an et payer grassement ses employés aux alentours de 100 000 euros par an. Le bel humaniste doré à l’or fin reconnaît que cela le gêne un peu aux entournures.
Et tout ça pour quoi, pour diriger une espèce de toile d’araignée numérique comptant environ 10 millions de membres, c’est-à-dire de gogos, prêts à financer tout et n’importe quoi pourvu que ça rentre dans leur grille mentale de bobos gauchisants. Quoi de plus rentable qu’une belle pétition pour sauver la banquise, aider les LGBTQetc à lutter contre l’immonde patriarcat ou pour financer les gentils rebelles syriens contre le vilain méchant Bachar ? Ajoutons quelques listes de signatures pour favoriser les migrations internationales et l’avenir d’Avaaz est assuré, confortablement installée à Manhattan où M. Patel, à l’abri du besoin, entend fonder une famille et élever ses enfants bien loin de la misère du monde. L’humanitaire numérique, y a bon Avaaz ! De méchantes langues ont prétendu que l’association avait été financée à ses débuts par l’Open Society Foundation de Georges Soros. Ben quoi ? Georges a bien le droit de donner son pognon à qui il veut…et il faudrait vraiment avoir l’esprit mal tourné pour imaginer un grand plan derrière tout cela. Et l’esprit mal tourné, je n’ai pas, of course. D’ailleurs, la transparence règne puisque la directrice de campagne Nell Greenberg a déclaré : «En ce qui concerne le financement d’Avaaz, ce mouvement a été fondé avec l’idéal d’être totalement autosuffisant et démocratique. Le 100% du budget d’Avaaz provient de petits dons en ligne. […] Avaaz n’a jamais accepté une contribution d’un gouvernement ou d’une entreprise, et depuis 2009 n’a pas sollicité d’aide auprès de fondations caritatives.»
Elle a poursuivi : «Nous avons reçu une aide au démarrage de l’Open Society Foundation de George Soros, mais pas après 2009. Aucune grande société, fondation ou membre du conseil n’a une influence sur les orientations ou les positions des campagnes de l’organisation. C’est extrêmement important de garantir que notre voix soit déterminée exclusivement par les valeurs de nos membres, et pas par un grand bailleur de fonds ou un agenda quelconque.»
L’ONG numérique Avaaz, en bonne « défenseuse » des droits LGBTQetc, a plusieurs papas. Outre Ricken Patel, on trouve parmi les pères fondateurs Thomas Pravda, diplomate britannique et membre du Département d ‘état américain, Ben Brandzel, ancien dirigeant de la campagne d’Obama pour la collecte des fonds en vue des élections et enfin Tom Perriello qui , depuis le Département d’état américain, défend une politique « d’intervention humanitaire » en soutenant la guerre en Syrie, en Afghanistan et en Lybie. La guerre comme politique extérieure des Etats-Unis, comme dirait Noam Chomsky. Tous ces braves gens sont, bien sûr, démocrates, anti-Trump, pro-Clinton et progressistes. Ecoutons M. Perriello nous donner sa définition du « progressisme » :  «Des développements opérationnels depuis la fin de la Guerre froide ont considérablement amélioré notre capacité à mener des opérations militaires intelligentes, limitées dans le temps et leur portée et employant une force précise et écrasante, cela représente pour les progressistes une chance – qu’on a trop souvent vue comme une malédiction – d’étendre le recours à la force pour faire avancer des valeurs essentielles. »
C’est beau l’honnêteté ! Et tout ça pour être piraté par des vilains nazis ! Et me demander des sous, pour sauver le monde à coups de bombes et d’armes chimiques, au nom des valeurs humanistes et progressistes !

Modèle du genre …

Revenons à Avaaz et à son courriel militant  dont voici le texte intégral que je vous laisse déguster : 
« Chères amies, chers amis,
Nous avons été piratés.
Internet était censé connecter l’humanité comme jamais — par-delà les frontières, cultures ou religions.
Mais les forces fascistes qui ont poussé le monde vers les ténèbres il y a 80 ans déploient de nouveau leurs tentacules, mobilisant des légions de faux comptes pour nous monter les uns contre les autres et répandre la méfiance, la haine et même le meurtre!!
En Inde, des innocents ont été massacrés après avoir été faussement accusés sur WhatsApp d’avoir kidnappé des enfants. En Allemagne, une étude de référence a conclu que plus Facebook était utilisé, plus les agressions contre les réfugiés étaient fréquentes. Et au Brésil, un néo-fasciste est devenu Président après que des mensonges toxiques sur ses adversaires aient inondé les réseaux sociaux… jusqu’à ce que 89% de ses électeurs les croient!
C’est une véritable guerre de propagande — sauf qu’elle ne fait plus rage sur les ondes des radios, mais dans nos smartphones.
Il est possible d’arrêter cela. 
Pendant l’élection brésilienne, Avaaz a mené une expérience: six personnes ont reçu une formation basique pour mener l’enquête sur des réseaux de propagande. Elles ont réussi à fermer des usines numériques à fausses informations qui avaient atteint 16 millions de personnes. Imaginez ce que nous pourrions faire avec dix fois plus de monde!
Des élections cruciales approchent en Europe, au Canada, en Inde et ailleurs et nous devons agir vite. Faites un don — si nous rassemblons assez de fonds, nous recruterons, formerons et déploierons la meilleure équipe de spécialistes pour sauver nos démocraties. Nos grands-parents avaient dit: “Plus jamais ça!”. Aujourd’hui, nous devons honorer cette promesse. Si nous ne nous battons pas pour que la vérité triomphe, personne d’autre ne le fera.
Les membres d’Avaaz ont combattu cela depuis le début. Nous avons mis les géants des réseaux sociaux sous pression, plaidé auprès des législateurs de Paris à Brasilia en passant par Berlin et mené l’enquête sur certains des plus gros réseaux de désinformation. Mais cela ne suffit pas. L’Europe et le Canada ont jusqu’à présent résisté à l’extrême droite, mais cela pourrait changer avec les élections de cette année.
Notre expérience brésilienne montre comment arrêter ce phénomène — en repérant très tôt les fausses informations et en signalant ceux qui les publient et les diffusent. Mais pour que cela fonctionne, nous devons recruter et équiper beaucoup plus de personnes pour enquêter, infiltrer et mettre à bas ces vastes réseaux de propagande — avec ces élections qui se profilent, c’est MAINTENANT que nous devons agir!
Le mouvement Avaaz est mû par une vérité: ce qui nous unit est plus fort que ce qui nous divise. C’est cette unité que les trolls craignent avant tout — alors contribuez maintenant pour la faire briller, et lançons un effort citoyen pour défendre la vérité, avant qu’il ne soit trop tard. 
Nous devons nous mobiliser comme jamais. Pour défendre ensemble ce monde, trop précieux pour être laissé aux mains des fascistes et marchands de haine. Les médias sociaux sont en train de devenir Internet, le système nerveux central qui connecte toute l’humanité: c’est là que nous devons vaincre.
Avec espoir et détermination,
Christoph, Bert, Marigona, Allison, Camille, Jenny, Rosa, Ricken et toute l’équipe d’Avaaz » (sans doute payés environ 100 000 euros par an).

Un grand merci !

Je remercie sincèrement Avaaz de m’avoir prévenu de la menace fasciste qui règne sur le monde car, ne lisant que la presse mal-pensante, je ne m’étais rendu compte de rien. Et je vois bien que ce sont des gens honnêtes qui luttent contre les fake news d’extrême-droite car, comme chacun le sait, une nouvelle venue de l’extrême-droite est forcément une fake-news. Si Salvini osait affirmer que Dante était le plus grand écrivain italien, ce serait aussitôt démenti par les bien-pensants qui ne sauraient ajouter foi à de tels mensonges néo-fascisants.
Quelles belles méthodes honnêtes, propres et humanistes sont celles d’Avaaz : enquêter, infiltrer, financer la guerre, laver subrepticement les cerveaux à coups de pétitions larmoyantes tout en s’en mettant plein les fouilles. Du grand art ! Bravo Avaaz, merci Avaaz ! Que serait l’humanité sans Avaaz ? Que serait la démocratie sans Avaaz ? Que serait le monde sans Avaaz et ses coreligionnaires ?
J’encourage tous nos lecteurs à écrire au responsable  français des campagnes de presse Avaaz,  M. Christoph Schott avaaz@avvaz.org,  pour lui dire tout le bien qu’ils pensent de cette magnifique organisation humanitaire ! Amusez-vous bien !

Derniers articles Tour d'horizon

Haut De Page