“Avez-vous compris les philosophes ?” Pierre Le Vigan

dans Arts & Lettres & Chansons

On ne devrait plus avoir à présenter Pierre Le Vigan… Philosophe, urbaniste, il est l’auteur d’une vingtaine d’ouvrages de réflexion sur la ville, la modernité, le concept de post modernité, etc. Il a collaboré régulièrement à Élements, et écrit dans Nouvelle École, Krisis, Europe Maxima, L’Esprit Européen.


Rédaction NSP
Claude Timmerman

Avec Alain de Benoist et le regretté Jacques Marlaud, Pierre Le Vigan travaille dans les domaines idéologiques et culturels proches de la « nouvelle droite ». Le mot est lâché … S’il faut le rappeler ici, c’est que cela explique pourquoi Pierre Le Vigan est une victime de choix de la conne essence, stipulée comme bienséante par la bien pensance idéologique la plus sectaire (pléonasme), qui a fait bannir tant  d’intellectuels de la média-sphère, comme de Wikipédia d’ailleurs, ce qui en soi est déjà indéniablement un gage de qualité.
Il est rare que je fasse des critiques d’écrits philosophiques car ils imposent une analyse conséquente très généralement incompatible avec les impératifs techniques de taille pour une publication d’article où l’on est contraint de choisir les thèmes et de simplifier son argumentation… Je hais pour cela la simplification, je dirais même que je hais la simplicité qui porte en germe tous les maux de la radicalisation de la pensée : vouloir « élaguer pour dégager un axe majeur plus facile à exposer clairement » –  fatalement choisi selon sa sensibilité propre et sa culture – c’est ramener un sujet à une vision caricaturale voire manichéenne.
Sans être un inconditionnel de Michel Onfray, j’épouse volontiers certaines de ses thèses, notamment en ce qui concerne le prêt-à-porter philosophique tel qu’il l’exprime dans « Misères (et splendeurs) de la philosophie », un discours introductif sur les buts de son « Université populaire » reproduit dans le Monde diplomatique d’octobre 2004 : « Les misères de la philosophie, pour en finir avec elles, supposent quelques mots sur la production formatée par et pour le marché d’une offre débile, pour répondre à toute demande philosophique : des petits traités, de brefs précis (sic), des synthèses sur les grandes questions en petits formats, des ouvrages pour philosopher sans Prozac, de brefs vade-mecum, des invitations à devenir philosophe en vingt-quatre heures ou en utilisant son téléphone portable, et autres livres qui constituent une bibliothèque rose de la philosophie. »
Pierre Le Vigan a la démarche toute inverse : il ne nous impose ni « information de base pré-formatée » ni incitation à « devenir philosophe en 24 heures ».
Non ! Il nous invite à réfléchir sur chaque auteur, au long d’une véritable promenade intellectuelle. Il nous amène ainsi à construire notre propre réflexion à travers quelques éléments qu’il fournit, particulièrement représentatifs à ses yeux de la pensée de l’auteur, et donc essentiels à la compréhension de son « système ».
C’est un exercice difficile qui n’est rendu simple que par les indications qu’il nous donne, ce qui est un excellent prélude à l’enseignement tel qu’on veut le concevoir aujourd’hui avec tous les aléas que cela comporte : conduire les connaissances vers l’élève pour qu’il les découvre, plutôt que les lui imposer par un enseignement didactique.
C’est donc une excellente introduction à l’enseignement moderne de la philosophie au niveau scolaire.
Avec « Avez-vous compris les philosophes » Pierre le Vigan nous met à l’abri de l’écueil stigmatisant de « l’école philosophique » car s’il choisit, tant les thèmes abordés que les philosophes évoqués,  c‘est  l’axe sous lequel il attaque l’analyse de la pensée de chacun d’eux qui constitue l’originalité et la pertinence de son propos. La seule ligne directrice, presque dogmatique, de son argumentation réside dans la finalité qu’il donne au travail du philosophe. C’est le « système », globalité qu’il décrit ainsi : « Essayer de comprendre comment les idées d’un philosophe font système, c’est se mettre à la hauteur de son ambition. Car le philosophe veut faire « système »…/…  Il veut embrasser tout la réalité. Il veut vérifier des hypothèses. Il vise à une totalité. »
On comprend qu’en mettant la barre aussi haut, Pierre Le Vigan va interdire définitivement l’appellation de philosophe à un certain nombre de « penseurs » contemporains qui, fussent-ils embicornés, confondent réflexion et verbiage, pensée et lieux communs, mode et politique, puissance intellectuelle et caution médiatique, et qui sont bien entendu incapables de bâtir quelque système que ce soit…  (Constat qui lui vaudra certainement encore des amis…)
« Avez-vous compris les philosophes? » n’est donc pas un traité philosophique avec toute la lourdeur que cela implique, et toute l’inquiétude que cela pourrait susciter auprès de lecteurs potentiels craignant un coté rébarbatif.
Loin d’une analyse scolaire, ou d’un exposé universitaire, cet ouvrage  est conçu comme une véritable petite encyclopédie publiée en fascicules de 150 à 200 pages.
C’est une initiation à la philosophie, plaisante, facile à lire, une introduction à la réflexion particulièrement indiquée aux premiers pas des lycéens et des étudiants.
C’est pourquoi les premiers tomes traitent des « grands », des philosophes anciens et classiques figurant tous aux programmes des terminales et du baccalauréat. Chacun d’eux traite de, ou plutôt évoque, 6 auteurs.
Les deux premiers fascicules sont parus :
T. I – Platon, Aristote, Descartes, Kant, Hegel, Nietzsche, Heidegger
T.II – Spinoza, Fichte, Schelling, Bergson, Sartre, Foucault
On attend avec une certaine impatience les choix des auteurs pour le Tome III et les réflexions qui s’y rapporteront.



Editions « La Barque d’Or – Amazon »  Prix achat groupé : 20 euros 73.