Cazemate, un trimestriel de combat !

dans Résister

La mouvance nationaliste vient de s’enrichir d’une feuille de combat diffusée uniquement sur papier. Un moyen contre la censure omniprésente sur Internet, nous explique le comité de rédaction.


Rédaction NSP
Par Klara Von Kustniz

Cazemate se définit comme une feuille de combat trimestrielle d’orientation nationaliste-révolutionnaire. Comment est né ce projet ?  
Ce projet est né d’un double constat et de la nécessité qui en découle.  Le premier constat est celui de l’inexistence d’un organe d’expression propre à notre courant idéologique. En effet, il existe par exemple aujourd’hui un certain nombre de publications d’obédience maurassienne mais aucune pour les nationalistes-révolutionnaires alors que notre courant est l’un des plus actifs d’un point de vue militant. Le second est que les principaux moyens de communication et de diffusion auxquels nous avons recours quotidiennement ( internet, les réseaux – sociaux etc ) ne nous appartiennent pas.  De ces deux constats Cazemate s’est naturellement présenté comme une nécessité. Ce projet est également le fruit d’un contexte politique particulier, celui de la révolte des Gilets Jaunes. Vous trouverez d’ailleurs dans le numéro zéro un dossier entier consacré au sujet.
Pourriez-vous éclairer nos lecteurs sur l’orientation nationaliste-révolutionnaire ?
Le nationalisme-révolutionnaire est un courant du nationalisme. On trouve en son sein principalement deux grandes tendances toutes deux résolument anti-capitalistes :  l’une -représentée par François Duprat- défendant le principe d’État-Nation et n’envisageant l’unité du continent européen que dans le cadre d’une « Europe des Nations » ; l’autre favorable à la constitution d’une seule nation européenne régie par un unique État européen représentée, par Jean Thiriart.  La première tendance, théorisée par Duprat, est celle à laquelle nous adhérons. Partant du constat que la France et plus largement les nations européennes vivent actuellement une situation de sujétion coloniale, le combat des militants NR s’inscrit dans une optique de libération nationale.
Pourquoi  avoir choisi un format papier plutôt qu’un format web ?
Comme nous l’avons dit précédemment, car la censure peut nous y frapper à tout moment. Le format papier n’est pas une option réactionnaire mais plutôt un choix qui, au vu de la période de répression qui s’annonce, s’avère salutaire.
cazematePourriez-vous nous éclairer sur votre ligne éditoriale dont l’objectif est de susciter la réflexion en vue de l’action ?
Nous partons du principe que la doctrine est la colonne vertébrale du militant. Or aujourd’hui, peu de militants font l’effort de lecture nécessaire à une bonne formation idéologique. L’avantage du format présenté par Cazemate est de ne pas effrayer les plus jeunes, comme le ferait un livre. Nous nous adressons essentiellement ( mais pas exclusivement ) à un public « activiste » donc de fait, plutôt jeune.
Votre rédaction que vous décrivez comme participative rassemble-t-elle des contributeurs issus de l’ensemble de la mouvance nationaliste ?
Non, ce n’est pas notre vocation.  L’opposition nationale compte déjà un certain nombre de journaux ou revues faisant très bien ce travail.
Vous dites que Cazemate n’a pas vocation à être une revue pour intellectuels de salon. Notre mouvance regorge pourtant d’intellectuels et de théoriciens qui sont aussi des hommes d’action. Sachant que l’ultra-gauche n’a de cesse de cataloguer les nationalistes comme des incultes, ne craignez-vous pas d’ajouter de l’eau à leur moulin ?
Le problème justement est qu’aujourd’hui les figures de l’homme d’action et du théoricien sont totalement dissociées l’une de l’autre. Par intellectuels de salon nous entendons dénoncer l’intellectuallisme stérile, déconnecté de la réalité militante. Nous nous adressons à ceux qui souhaitent agir sur le réel.  Cazemate ne sera pas le lieu du débat sur la nature du sexe des anges.
Comment financez-vous votre magazine et comment comptez-vous assurer sa distribution ?
Notre magazine est financé par les deniers personnels des militants qui ont choisi de s’investir dans ce projet. Il sera disponible directement via notre page Facebook ou par mail, à l’adresse suivante : cazemate.contact@gmail.com
-Achat au numéro : 5,50€ ( 4€ + 1,50€ FDP )
-Abonnement annuel ( 4 numéros ) : 20€
-Abonnement militant : 30€ ( un exemplaire du manifeste NR offert ).
Cazemate sera-t-il associé à un site internet ?
Non, Cazemate n’a pas et n’aura pas de site internet, l’intégralité de son contenu sera non-numérique.
Cazemate sera-t-il un magazine participatif  qui donnera la parole à ses lecteurs ?
Oui, néanmoins les contributions seront sélectionnées par notre comité de rédaction et ne seront pas systématiques.
Dernière question, pourquoi le choix du titre « Cazemate » ?
Une cazemate, également orthographiable « casemate » est un petit ouvrage de fortification servant généralement à abriter un canon.