Chapitre 6 : Comment on fit une belle lapidation pour éviter les tremblements de terre et comment Candid.e.s fut socratisé en cadence

dans Le feuilleton

A peine Candid.e.s et Mélonche eurent-ils le temps d’apprécier l’aspect coloré de la Fête Nationale du Persisistan qu’un épouvantable tremblement de terre secoua la capitale, emportant plus de trente mille persisistanais. Aussitôt les sages de l’université de Raboul trouvèrent un moyen efficace pour que plus jamais aucun tremblement de terre ne ravage leur beau pays. Il fut dit qu’un belle lapidation en grande cérémonie serait un secret infaillible pour empêcher la terre de trembler.

Rédaction NSP
Docteur Heinrich

On avait en conséquence saisi un analphabète qui avait confondu le Saint Livre de la religion du Persisistan avec les mémoires de Pif le chien, deux gourgandines qui avaient osé montré leurs cheveux en public et un texan qui avait osé réclamer – pour rigoler- des spareribs dans le plus grand restaurant gastronomique de Raboul.

On s’empara également de Candid.e.s et Mélonche car quelqu’un avait entendu ce dernier professer l’athéisme, ce que l’autre n’avait point démenti. Tous deux furent menés dans des appartements d’une extrême fraîcheur, dans lesquels on n’était jamais incommodé par le soleil. Huit jours après, ils furent tous deux revêtus d’un grand sac de tissu noir qui cachait jusqu’à leurs yeux et on orna leurs têtes de torchons rouges et blancs à carreaux.

Le torchon de Candid.e.s était à petits carreaux et celui de Mélonche à grands carreaux. Ils marchèrent en procession ainsi vêtus et entendirent un sermon très pathétique,suivi d’une danse rituelle du meilleur aloi.
L’analphabète, les gourgandines, l’américain et Mélenche furent pendus mais on proposa à Candid.e.s , au vu de sa jeunesse et de sa belle mine, d’échapper à la mort en acceptant une charmante coutume locale qui consistait à habiller en filles les jeunes gens de belle mine et à les faire danser devant des dignitaires barbus , la suite des événements relevant de la culture locale et étant éminemment respectable au regard de la diversité universelle.

Candid.e.s fut donc socratisé en cadence au son des tambourins. Enfin, interdit, affolé, éperdu, tout sanglant, tout palpitant, il se disait à lui-même : « Si c’est cela, la bienheureuse diversité, qu’est-ce donc que le bonheur ? Passe encore que j’ai été battu et emprisonné mais socratisé ! Mais mon cher Mélonche , le plus grand des politologues humanistes ! Faut-il vous avoir vu lapidé sans savoir pourquoi ! Ô mon cher Jo le Fasciste, le meilleur des hommes ! Faut-il que vous ayez été victime d’un accident fortuit ! Ô Mademoiselle Lou ! La perle des bien-pensantes ! Faut-il qu’on vous ait fendu le ventre ! »

Il s’en retournait, se soutenant à peine, les fesses endolories, le dos courbé, le maquillage dégoulinant quand une vieille l’aborda et lui dit : « Courage, mon fils, suivez-moi. »

Derniers articles Le feuilleton

Haut De Page