Dissidence Française : Réalité du Grand Remplacement et nécessité de la remigration

dans Résister

L’attentat de Christchurch en Nouvelle-Zélande – que nous ne pouvons évidemment que condamner – a donné lieu à une offensive médiatique sans précédent, destinée à démontrer que le Grand Remplacement « ne correspond à aucune réalité » et relève « d’une théorie d’extrême-droite ». Pire, une tribune parue dans Libération appelle même à « inclure le Grand Remplacement parmi les thèmes relevant du discours raciste et de l’incitation à la haine », ce qui constituerait une nouvelle étape dans le processus totalitaire de répression de la liberté d’expression et d’opinion, déjà bien avancé en France.


Pourtant les faits sont têtus, et les chiffres ne mentent pas. Nous avons sélectionné 7 chiffres incontestables qui établissent la réalité du bouleversement démographique qui est en train de se produire dans notre pays. Tous ces chiffres proviennent de sources officielles et vérifiables :

  • 2400 : c’est le nombre de mosquées que compte aujourd’hui notre pays. A titre de comparaison, la France ne comptait que 150 mosquées en 1976, soit 16 fois moins. Le nombre de mosquées salafistes approche la centaine. (chiffres du Ministère de l’Intérieur)
  • 12 millions : c’est le nombre d’immigrés ou de descendants d’immigrés extra-européens qui se sont installés dans notre pays en quelques décennies, profitant du droit du sol, du regroupement familial et des naturalisations massives opérées par les gouvernements successifs. Le nombre de musulmans en France s’élève à 8,5 millions. (chiffres de M. Tribalat, 2011 ; chiffres de J-P Gourévitch, 2017 ; confirmés par F. Héran, ancien directeur de l’INED)
  • 40% : soit 2 personnes sur 5. C’est aujourd’hui la part de la population française issue de l’immigration sur 3 générations. (estimation C. Beauchemin, INED, 2018)
  • 400 000 : c’est le nombre d’immigrés supplémentaires – légaux, clandestins ou au titre de l’asile – qui entrent chaque année en France. (chiffres du Ministère de l’Intérieur)
  • 39,39% : c’est la part nationale des nouveaux-nés qui ont fait l’objet en 2016 d’un dépistage pour la drépanocytose, une affection qui ne concerne que les populations d’origine extra-européennes (essentiellement africaines et maghrébine). Pour la région d’Île-de-France, ce taux s’élève à 73,56%, soit 3 naissances sur 4. (chiffres de l’AFDPHE)
  • 700 000 : c’est le nombre de musulmans dans le seul département de la Seine-Saint-Denis (93), où l’Islam est désormais la première religion pratiquée. (P. Galli, ancien préfet de Seine-Saint-Denis)
  • 20% : c’est la part des prénoms musulmans donnés aux enfants nés en France en 2017, soit 1 sur 5. Ce taux était de 6,5% il y a 20 ans. Pour le seul département de Seine-Saint-Denis (93), ce taux grimpe à plus de 50%. (chiffres de l’INSEE)

Ces quelques chiffres suffisent à établir la réalité statistique du Grand Remplacement et de ses implications : un bouleversement démographique majeur qui pourrait bien changer à jamais la physionomie millénaire de notre pays.

La recrudescence d’attentats terroristes, l’explosion de la délinquance et le développement du communautarisme procèdent du multiculturalisme et d’une immigration de peuplement imposés au peuple Français par les gouvernements successifs des quarante dernières années.

Face au mondialisme et au cosmopolitisme, seule la Dissidence Française propose l’organisation sans délai d’une politique de remigration, c’est-à-dire d’inversion des flux migratoires, par 8 mesures immédiates et concrètes :

  1. le rétablissement permanent des contrôles aux frontières ;
  2. l’instauration immédiate de la préférence nationale ;
  3. l’expulsion systématique des clandestins et délinquants étrangers ou binationaux ;
  4. l’abolition du droit d’asile et du regroupement familial ;
  5. la suppression de l’A.T.A., de l’A.M.E. et des allocations destinées aux clandestins et demandeurs d’asile ;
  6. la réforme du code de la nationalité, impliquant l’abolition du droit du sol et la réintroduction de la prééminence du droit du sang pour l’acquisition de la nationalité française ;
  7. la dissolution des associations immigrationnistes ou communautaristes et l’application des peines concernant l’aide au séjour irrégulier et l’emploi de travailleurs clandestins ;
  8. l’interdiction des financements publics ou étrangers des mosquées et l’interdiction des associations liés aux réseaux islamistes internationaux.

Pour la France et les Français d’abord !

Derniers articles Résister

Haut De Page