Dunkerque : Allah Baba et les 14 islamo-collaborateurs !

dans Zones occupées

Après la distribution à Dunkerque (Nord, Hauts de France) d’un tract de la Dissidence Française appelant à rejeter le multiculturalisme, un groupement d’associations fait savoir dans un article du journal local Le Phare Dunkerquois, appartenant au groupe de presse belge Rossel, spécialisé dans un combat contre “l’extrême-droite” son intention de porter plainte contre « cet appel à la haine ». Décryptage.


Rédaction NSP
Ivan Lévy

La Dissidence Française, qualifiée abusivement dans l’article de « groupuscule d’extrême-droite » par le journal local est en réalité un parti politique appartenant à la famille de la Droite Nationale, et son président Vincent Vauclin a été tête de liste lors des dernières élections européennes (0,21 % à Dunkerque sans moyen et avec un boycott éhonté des bulletins), ce que semble ignorer le peu scrupuleux auteur de l’article. Celui-ci se fait l’écho de protestations de la part d’un collectif de 14 associations gauchisantes toujours promptes à fustiger le quidam qui ose dévier, ne serait-ce que légèrement, de la bien pensance universelle.
En France, qui ne pense pas comme les gauchistes n’aura bientôt plus le droit de penser. Que demande ou plutôt qu’exigent ces associations ? : «  Nous, citoyens et citoyennes, membres ou non des associations signataires, rappelons que la fraternité est la condition et l’essence même de notre démocratie. Le vivre-ensemble ne peut être que fraternel, ouvert et accueillant pour l’autre. Nous sommes toutes et tous de la même humanité et toutes et tous différents. Attaquer, appeler au meurtre, c’est attaquer, meurtrir l’humanité tout entière et celle qui loge en chacune et chacun de nous.  Nous exigerons un engagement résolu et sans faille de la part de tous les candidats aux élections municipales dans le combat contre tous les racismes. »
Nos joyeux drilles de la bien pensance ont donc l’intention de porter plainte, bien évidemment, ce qui permettra sans doute de renflouer les caisses des associations signataires à grands coups de dommages et intérêts. Les ligues de vertu sont coutumières du fait : viser au porte-monnaie est un excellent moyen de faire taire l’adversaire.
Au delà des poncifs bisounouresques du communiqué de nos amis si fraternels, cette déclaration manque singulièrement d’éclaircissements. En effet, si la fraternité était l’essence de la démocratie, les gilets jaunes ne seraient pas constamment battus et poursuivis, on les écouterait fraternellement et tout rentrerait dans l’ordre, les politicards qui nous gouvernent auraient une petite idée des misères du peuple et partageraient volontiers leurs revenus mirobolants avec le misérable SDF ou la mère de famille au RSA.
Mais ne rêvons pas. Leur « fraternité » n’est qu’un leurre, au même titre que leur démocratie qui n’est rien de moins que la dictature des imbéciles et des médiocres, ce qui explique l’emploi du possessif « notre » démocratie de la part de ces sous-pensants pensant bien.
Quant au vivre-ensemble, permettez-nous de rire doucement quand les multiples ethnies présentes sur le territoire dunkerquois et issues des migrations passent leur temps à s’entretuer pour une gamelle de riz ou pour d’obscures raisons religieuses. « C’est la faute à la misère sans doute » avaient dit nos inénarrables chantres de la fraternité lorsque les ethnies en question avaient flanqué le feu au camp de Grande-Synthe et s’étaient tiré dessus à qui mieux mieux. Le vivre-ensemble oui, mais pas pour tout le monde.
Dans l’affaire, c’est toujours le bon et con “bwana” qui doit être ouvert, fraternel et accueillant et la culture de la bienvenue est toujours à sens unique.
Certes, comme le dit si bien le sirupeux collectif, nous sommes tous de la même humanité mais ce n’est pas une raison pour se laisser massacrer ou soumettre par nos “frères en humanité”. Et quant à exiger quoi que ce soit des candidats aux municipales, quelle arrogance, quelle présomption !
Comme si les candidats qui, pour la plupart, sont là pour croquer  la gamelle, en avaient quelque chose à faire de votre humanité ?
Eventuellement, le collectif trouvera des alliés parmi les candidats qui fréquentent les loges dunkerquoises et je conseille à ses membres d’aller faire le pied de grue au 21 rue Anatole France ( Dunkerque) devant le temple maçonnique afin de trouver des petits copains bien fraternels. Gageons que de nombreux membres du fameux collectif connaissent déjà l’adresse du temple du Grand Orient de France et n’auront aucun mal à trouver des signataires supplémentaires parmi leurs frères et soeurs.

Multiculturalisme ou interculturalisme

Le collectif se veut fraternel mais cela ne l’empêche pas d’être foncièrement inculte. Car que dit le tract incriminé : « Tuons le multiculturalisme avant qu’il ne nous tue ». Naturellement, les bien pensants s’arrêtent sur le verbe « tuer » sans en saisir le sens métaphorique puisqu’il concerne ici un fait sociologique, à savoir le multiculturalisme, et non des personnes. Nulle ethnie, nulle religion ne sont ici visées. Et le tract ne fait qu’affirmer un fait réel aisément identifiable grâce à la définition du multiculturalisme : « société dans laquelle vivent diverses cultures en conservant leur caractère propre. » Voilà en quoi le multiculturalisme s’oppose à l’interculturalisme dans lequel les populations rajoutées naturellement ou artificiellement s’assimilent à la société qui les accueille. Dans le multiculturalisme, point d’assimilation, point d’intégration, les groupes rapportés gardent leurs spécificités et vivent les uns à côté des autres sans se mélanger, ce qui crée ce que notre cher président Macron appelle des « communautarismes » et l’on voit bien le résultat désastreux de ces communautarismes : montée du fanatisme, exclusion, refus des lois du pays. Les si fraternels membres du collectif , sans aucun doute partisans d’une république Une et Indivisible comme on dit en Loge, feraient bien de s’interroger sur la définition du « multiculturalisme » qui est l’antithèse même de leur chère république. Mais chez ces gens-là, on n’est pas à une contradiction près.

Le « camp du bien »

Les premiers signataires de l’appel à porter plainte contre la Dissidence Française, en plus de s’acheter un dictionnaire, feraient bien de s’acheter un calendrier car le tract incriminé date de 2017 et n’est plus utilisé depuis longtemps comme en témoigne son absence dans la boutique des téléchargements de matériel militant. La Dissidence Française n’était alors qu’une association et non un parti politique, son discours a évolué et ce tract n’est plus d’actualité en 2020 où le combat se fait maintenant davantage dans les urnes.
Nous invitons donc « le camp du bien » à s’investir lors des prochaines élections : Génération.s Dunkerque et Génération.s Nord qui soutiennent le barbu Benoît Hamon qui trouve qu’« il faut arrêter de faire de l’islam un problème de la république »  , le PCF section Dunkerque, Le Parti Communiste qu’on ne présente plus et bien connu pour son amour du multiculturalisme en ex U.R.S.S., EELV, les écolos qui se moquent éperdument du massacre de la zone naturelle du Puythouck (Grande-Synthe, 59) où campent leurs protégés « exilé.e.s », LFI Dunkerque, les mélenchonistes qui se prennent pour la république, PS Dunkerque, PS Grande-Synthe, les socialistes en voie de disparition qui signent tout et n’importe quoi pour avoir encore l’impression d’exister politiquement, NPA Dunkerque, le parti du facteur plein aux as qui présente des femmes voilées aux élections, LDH Dunkerque et LDH France, la ligue des Droits de l’Homme, fondée en 1898 pour comme l’avait dit un de ses fondateurs « mettre la vie de ses membres au service de la Révolution » ce qui en fait avant tout « la ligue des droits de l’homme marxiste » (Coston, Dictionnaire de la Politique française), ATTAC France (Association pour la taxation des transactions financières) qui ne voit aucun inconvénient à la venue de nouveaux esclaves du capitalisme en la personne des migrants, le MRAP Dunkerque (Mouvement contre le Racisme et pour l’Amitié entre les Peuples) qui manifeste régulièrement pour la libération de Mumia Abu-Jamal qui tua un policier américain de cinq balles dont quatre dans le dos lors d’un banal contrôle d’identité , la section Dunkerque du Groupe non violent Louis Lecoin du nom d’un anarchiste planqué à l’origine de la loi sur l’objection de conscience et enfin Littoral Solidaire qui a décidé de sauver le monde en imposant la transition énergétique, mais en solidarité avec les clandestins, même si le rapport n’est guère évident.
Voilà une belle brochette de vainqueurs tous plus islamo-collaborateurs les uns que les autres. Le « multiculturalisme » a encore de beaux jours devant lui à Dunkerque. On ne peut guère en dire autant de la liberté d’expression qui, au sein de la république, n’est qu’un leurre.

Derniers articles Zones occupées

Haut De Page