Extrême-droite: l’Assemblée Nationale lance une commission maçonnique !

dans Franc-Maçonnerie

En mai 2017, les frères du Grand Orient de France, choqués que Le Frère Jean-Luc Mélenchon n’appelle pas à voter Macron pour contrer Marine Le Pen, avaient décidé de déposer une plainte devant la justice maçonnique afin d’exclure le président de la France Insoumise pour non-respect de la ligne maçonnique. Depuis, le frère Jean-Luc semble s’être racheté une conduite maçonnique en réussissant à faire créer à l’Assemblée Nationale une commission d’enquête contre les groupuscules d’extrême-droite.


Rédaction NSP
Ivan Lévy

En maçonnerie, on ne pardonne pas l’ambiguïté. Et il paraît que M. Mélenchon avait eu une attitude ambiguë voire sibylline lors de la présidentielle de 2017. Il semblerait que les humanistes en peau de lapin du Grand Orient n’aient qu’un objectif, à part entretenir leurs bedaines et développer leurs affaires : lutter contre l’extrême-droite. Les grotesques sectateurs du Grand Architecte de l’Univers sont sans doute encore les seuls en France à s’imaginer que Marine Le Pen appartient à l’extrême-droite. A croire que terrés dans leurs souterrains à la voute étoilée, la réalité du monde et les innombrables reniements de l’héritière ne leur étaient pas parvenus. Il ne reste plus à Marine qu’à être invitée au dîner du C.R.I.F. et les frangins pourront dormir tranquilles. Le Rassemblement National est définitivement soluble, non pas dans l’acide sulfurique comme l’avait démontré le docteur Petiot, mais dans la respectabilité.

Une commission contre un tablier ?

Hiram merci, quelques frangins un peu plus éveillés ou moins avinés que d’autres avaient bien remarqué qu’il existait d’autres mouvements de la Droite Nationale autrement moins solubles que l’effervescent et insipide Rassemblement National et que le frère Mélenchon pouvait encore être utile à la grande cause des progressistes de bac à sable. Et de lancer un grand débat, voire un sondage en ligne pour savoir si l’Insoumis devait être exclu de la secte ou pas. Et que je te médiatise, et que je te viole le secret maçonnique à tire-larigot, et que je m’étale sur le net, les décors entre les dents pour mieux affirmer que, finalement, la plainte contre l’Ambigu n’est pas recevable, pour cause de trop grande médiatisation … Les frangins, ça ose tout, c’est même à ça qu’on les reconnaît.
Que s’est-il donc passé pour que le frère Mélenchon ne soit plus menacé d’exclusion et retrouve son tablier ? Les faits sont fort simples : une magnifique résolution a été proposée et adoptée à l’assemblée nationale pour la création d’une Commission d’enquête sur les groupuscules d’extrême-droite, résolution déposée par le Frère Mélenchon et ses sbires.
La résolution est très claire et vise des groupes comme le Bastion Social ou, entre autres, Génération Identitaire qui seraient à l’origine d’inqualifiables violences au point de mettre notre pauvre France à feu et à sang. Il est vrai que les groupuscules Antifas et autres Blacks Blocs sont , eux, de véritables Bisounours qui manifestent en pyjama licorne armés de marguerites effeuillées … et que jamais, au grand jamais, ils n’attaquent les locaux de leurs adversaires politiques, ne cassent les vitrines d’honnêtes commerçants peut-être francs-maçons si ça se trouve, les pauvres. Non, pour les frangins, le danger, c’est l’extrême-droite et comme Marine commence à sentir le savon frais, il fallait bien trouver d’autres groupuscules nauséabonds. Mission accomplie, Mélenchon ! La commission est créée et il va garder son tablier.
Elle est belle, la commission toute neuve, que des pointures de la diversité politique. On y trouve, entre autres, l’inénarrable députée LREM Emilie Guérel que les médias de réinformation avaient identifiés comme une incompétente notoire dès les premiers jours de son élection. Calomnie que tout cela, bien sûr. Ou encore le sémillant Meyer Habib, député franco-israélien que l’on ne présente plus et qui participa en 1988 avec une trentaine de camarades du BETAR à une attaque en règle contre sept jeunes gens venus commémorer la fête de Jeanne d’Arc. Une erreur de jeunesse sans aucun doute. Information bien entendu effacée.
Christophe Arend LREM, accusé de harcèlement et d’agression sexuelle, affaire classée sans suite.
M’Jid El Guerrab, le roi du coup de casque, mis en examen pour violences.
La commission est présidée par Mme Muriel Ressiguier, députée France Insoumise, qui se distingua, en bonne laïcarde, en demandant en 2018 la suppression des subventions aux fêtes de Saint Roch alors que ces subventions n’existaient pas cette même année.
Une commission de vainqueurs, à la pointe du combat. Gageons qu’avec une telle bande de bras-cassés, le frère Mélenchon n’aura aucun mal à garder son tablier. En tout cas, la répression est déjà partie et le bras séculier s’abat sans pitié sur les dissidents.
Pendant ce temps- là, Antifa Squads se croit dans Orange Mécanique et s’amuse bien , en toute impunité de la part du gouvernement et des réseaux sociaux et notamment de Facebook.
A quand une commission d’enquête sur les groupuscules de l’ultra-gauche ? Il est vrai que l’on touche pas en République aux amis Gardes Rouges …

Derniers articles Franc-Maçonnerie

CRIF, loges et haredis

L’histoire du crififi dans les loges provient de la “talmudisation” croissante du
Haut De Page