Festival Rast’Art à Ouistreham, le bal des “crasseux” …

dans Zones occupées

Comme si la commune de Ouistreham ne souffrait pas assez de la pression migratoire, le maire LR Romain Dubail a jugé judicieux d’accueillir sur le territoire de la commune, les 29,30 et 31 mai prochains, un festival de reggae en perte de vitesse et honni des riverains.


Klara Von Kustniz
Klara Von Kustniz

Le Festival Rast’Art se tenait habituellement sur la commune de Sannerville (Calvados) mais n’avait pu mettre en place sa dixième édition en 2019 faute de moyens (une perte de près de 40 000 euros) et parce que,  selon les dires des organisateurs: « le contexte politique devenait difficile à Sannerville et plusieurs riverains se plaignaient ».
Il faut dire que depuis 2018, la mairie de Sannerville a basculé DVG (Divers Droite) suite à la démission du maire sortant DVG (Divers Gauche). Faut-il y voir un rapport ? En tous cas, les plaintes des riverains étaient bien réelles, riverains sans doute las du bruit, de la crasse et des relents méphitiques de plantes médicinales. Le pire dans l’affaire, c’est que ces nuisances vont se transporter dans la commune de Ouistreham qui subit déjà les aléas de la pression migratoire et va accueillir un festival en faillite qui n’a pas pu atteindre l’équilibre financier en 2018 et a donc dû renoncer à son organisation en 2019.
Heureusement pour les joyeux reggaemen, leur musique planante ne manque pas de partenaires actifs : Ville de Caen, Région Normandie, Conseils départementaux de l’Orne, de la Manche et de l’Eure.
Les subventions vont couler à flots et les riverains n’auront que leurs yeux pour pleurer. L’association Une pierre à l’édifice dont le nom fleure bon sa franc-maçonnerie se chargera de l’éducation des festivaliers. Tout cela fleure bon la république bien pensante et multiculturelle. Ajoutons à cela l’exploitation de jeunes bénévoles du service civique qui n’en demandaient peut-être pas tant, l’argent public sera bien employé au service d’une musique que des réactionnaires pourraient qualifier de dégénérée voire de primitive.

Sympa pour la zone naturelle …

Loin de nous l’idée de prononcer un tel jugement artistique. Contentons-nous de constater que l’argent des contribuables sert à rincer des structures déficitaires qui n’attirent plus personne mais sont au service d’une certaine idéologie de gauche altermondialiste et cosmopolite, le tout dans le mépris le plus absolu des habitants des villes concernées. Et s’il n’y avait que les habitants à subir le bruit et l’odeur, mais la nature et les oiseaux seront aussi concernés puisque la sauterie enfumée se déroulera Chemin de la Pointe du Siège, en plein milieu d’un espace protégé et près d’un refuge ornithologique qui compte plus de deux cents espèces migratoires. La page officielle du festival se vante pourtant de promouvoir le développement durable et le respect de la nature mais en illustrant son propos avec l’image d’une feuille de … cannabis. Comme dit l’organisateur Aurélien Dabiat: “les clichés véhiculés par le reggae ont la peau dure”.
Cependant, un vent frais devrait bientôt chasser les remugles euphorisants car la liste “Clandestins dehors! Ouistreham aux Français!” conduite par Bruno Hirout, Secrétaire général du Parti de la France – pourrait concurrencer la bien pensance au pouvoir et redonner espoir aux citoyens de Ouistreham.
Souhaitons-lui bonne chance face aux hordes de “crasseux à dreadlocks”.

Derniers articles Zones occupées

Haut De Page