Gilets Jaunes : de la prise de conscience à l’action ?

dans Tour d'horizon

Depuis octobre 2018, nombre d’acteurs et d’observateurs politiques ont montré une incompréhension certaine face à l’émergence et à la persistance des rassemblements des Gilets Jaunes. Immédiatement, la question s’est posée de savoir si, pour l’essentiel, ce mouvement était spontané ou téléguidé. J’ai déjà écrit qu’il fut spontané, mais que très rapidement, le gouvernement a essayé de le piloter d’une manière assez grossière et caricaturale. Les Jacqueline Mouraud, Marc Doyer, Ingrid Levavasseur furent rapidement démasqués par le bon sens populaire comme manipulateurs. Comme quoi, quand le peuple le veut, il peut déjouer les pièges tendus par l’oligarchie.


Rédaction NSP
Franck ABED

La période à laquelle les Gilets Jaunes sont entrés en action ne m’a nullement surpris, car dans notre histoire nationale récente, les mois qui suivent juillet et août, c’est-à-dire ceux de la « rentrée », sont souvent particulièrement animés. En effet, après la trêve estivale, les Français reviennent à leur vie de tous les jours, et découvrent que pendant l’été les factures se sont amoncelées. Bien souvent, les gouvernants profitent des loisirs distrayant l’attention des Français, ainsi que de l’absence de nombreux députés à la Chambre, pour réaliser des coups en douce, comme augmenter taxes et impôts. La douloureuse arrive dès la fin septembre et pèse lourdement sur les dépenses et le moral des ménages… La récession économique, le chômage, le manque de perspective sur le front de l’emploi, l’insécurité galopante auraient bien sûr provoqué tôt ou tard la réaction d’une partie des Français. Mais une simple allumette, la fameuse taxe sur les carburants, a suffi pour déclencher ce mouvement social, qui surprend non pas tant par l’ampleur de sa mobilisation, que par sa résilience.
Nous ne sommes certes pas encore dans une période où la pauvreté absolue frapperait un nombre relativement important de Français. Les conditions de vie peuvent être très difficiles au pays de Macron, mais à ce jour personne ne meurt de faim en France. Les gens avertis, ceux qui sont profondément en prise avec le monde réel, n’ont bien sûr pas attendu les intéressants travaux de Camille Landais et de Christophe Guilluy pour se rendre compte du déclassement de nos nombreux compatriotes. Toutefois, comme je l’ai déjà dit et écrit, cette misère sociale ne conduit pas encore les gens à tuer pour pouvoir se nourrir, se vêtir, s’abriter, et survivre.
Les statistiques économiques sont très souvent des indicateurs à prendre avec des pincettes. Force est de constater qu’elles n’ont jamais mis réellement en lumière – et donc permis au grand nombre de relever – les difficultés économiques croissantes des classes moyennes et inférieures. Faut-il vraiment s’imaginer que les différents organes réalisant des statistiques et autres enquêtes cachent ou truquent volontairement leurs résultats ? Il suffit déjà de se rappeler que les changements très réguliers d’indicateurs socio-économiques, à la demande des gouvernements successifs ou de leurs maîtres bruxellois, rendent les vraies évolutions inaccessibles au grand public !

La France reste très riche

Il existe de la pauvreté en France. Le nier reviendrait à refuser la réalité, et lui tordre le cou ! Mais la France reste très riche. J’ai voyagé dans différents pays d’Europe, d’Afrique et d’Asie. Je constate tout simplement qu’être pauvre en Thaïlande, en Ukraine ou à Madagascar n’est guère comparable à ce que signifie d’être pauvre dans la majorité des pays occidentaux. Il est sans aucun doute préférable de mendier sur les Champs Elysées plutôt qu’à Antananarivo ou Bangkok.
Autre point important à noter : la perception économique des individus reste marquée par les différences générationnelles – et donc de vécus historiques – qui existent au sein d’un pays. Une personne ayant disons 70 ans dans les années 1980, qui, avant de vivre les Trente Glorieuses, a connu le rationnement des années 1940-45, peut se dire qu’une petite retraite n’est finalement pas si insupportable. Mais un français né après la Deuxième Guerre Mondiale, qui a vécu le boum économique des années 1945 à 1975 accompagné du plein-emploi, se dit quant à lui aujourd’hui qu’une minuscule retraite représente bien peu de choses, sinon rien. Dans le même ordre d’idées, un jeune français né en 1980, habitué à une certaine aisance économique, à un inaltérable confort matériel, et qui a toujours connu un pays en paix, supportera plus difficilement les nécessités vitales de l’existence qu’une personne qui aurait toute sa vie souffert du froid et de la faim en hiver. Ces dynamiques croisées, à la fois psychologiques, sociales et économiques, ne doivent jamais être oubliées, si on veut décrypter avec sérieux et profondeur le phénomène social des Gilets Jaunes.
Effectivement, dans une large mesure, le trentenaire ou le quadra de 2019 ne connaissent ni la privation ni le sacrifice, au sens authentique du terme. Cette fameuse « Génération Y » ne ressemble en rien à celle de 1914, loin s’en faut. Dans ces conditions, difficile d’aller à la guerre ou de militer véritablement pour la révolution – ou quelque autre idéal, d’ailleurs. Pour notre plus grand malheur, l’esprit bourgeois et mondain a pénétré, pour ne pas dire contaminé, presque toutes les couches de la population française. Concrètement, qui aujourd’hui est prêt à tout pour la cause qu’il défend ? J’insiste bien sur ce point : pour mener un combat politique et renverser un gouvernement, par-delà l’atteinte d’une taille critique capable de faire vaciller un système, par-delà la conception d’un projet simple et lisible, il faut également susciter la volonté inébranlable de tout risquer pour la cause défendue… Or quand on a vécu dans un confort amollissant durant des lustres, l’exercice se montre loin d’être aisé. De plus, on ne prend pas souvent le risque de détruire l’aisance si difficilement obtenue. Quand on est à la retraite, la question ne se pose pas. La révolution n’arrivera sans doute pas demain.

Le RIC n’est qu’un hochet

Comme chacun sait, le clivage gauche-droite n’a jamais vraiment existé en France républicaine 1, pour la simple et bonne raison que la droite se trouve réduite à la portion congrue depuis plusieurs décennies, peut-être même une bonne centaine d’années 2. Les partis dits de droite entretiennent cette illusion du bipartisme politique, car elle permet d’accéder au pouvoir selon la règle bien connue mais mensongère de l’alternance. En définitive, il s’agit non pas d’une alternance, mais de la permanence d’une caste faussement « politique » mais réellement oligarchique qui fait main basse depuis des lustres sur tous les postes de pouvoir. Loin de se combattre, le bras gauche de la république et sa fausse main droite partagent le désir commun d’étouffer le peuple de France. De temps à autre, il existe des révoltes sporadiques mais aucune ne se montre assez puissante pour renverser l’ordre établi. Après plus de 130 ans, force est de constater que la République semble s’être solidement implantée en France.
Je n’ai jamais cru que les Gilets Jaunes démonteraient le pouvoir macronien. Je n’ai pas plus envisagé une alliance entre ces deux pôles forts de la gauche que sont la France Insoumise et le Rassemblement National. Ces deux formations politiques partagent un fort attachement pour la République, la démocratie, le laïcisme, l’économie étatique, mais la divergence qui existe entre ces frères siamois sur l’immigration semble pour le moment une pierre d’achoppement qui ne devrait pas disparaître de sitôt. Je me souviens de la stratégie grossière, sanctionnée par l’échec, de Marine Le Pen entre les deux tours de l’élection présidentielle de 2017 : éditant, pour séduire l’électorat de Mélenchon, un tract rappelant les nombreuses convergences politiques entre la FI et le RN…
C’est pour cette raison que Macron n’a nul besoin de lutter contre ce rapprochement qui pourrait lui causer de nombreuses difficultés. Le principal danger, pour lui, reste l’abstention, qui bat de nouveaux records à chaque nouvelle élection. Les Européennes de 2019 ne devraient probablement pas échapper à cette tradition. Les Français finiront par se lasser de la politique politicienne, des grands débats sous contrôle, des sondages qui volent au vent du jour, des élections convenues et faussement rituelles, et choisiront d’aller vers des solutions alternatives… Tout ceci pourrait éventuellement donner naissance à de nouvelles formations politiques qui, si elles commettent les mêmes erreurs que leurs devancières dans l’approche doctrinale et stratégique, échoueront elles aussi.
Le RIC n’est qu’un hochet. Et le hochet est aussi bien donné aux enfants pour qu’ils s’amusent que distribué aux grands pour flatter leur orgueil démesuré. Napoléon le disait bien, non sans cynisme, en parlant de sa « sublime » Légion d’Honneur : « C’est avec des hochets que l’on mène les hommes. » La mise en place de la démocratie directe dans notre pays lui administrerait, en quelque sorte, le coup de grâce. Elle instaurerait de façon officielle, sur l’ensemble du territoire et à tous les échelons, cette guerre civile permanente de tous contre tous qui détruirait totalement l’unité nationale à laquelle les Capétiens ont œuvré avec tant de soin pendant des siècles. Malheureusement, le RIC serait pour ses promoteurs l’occasion d’exulter de joie, car ils auraient l’impression d’avoir enfin ce fameux et tant désiré « droit à la parole », qui repose en réalité, comme nous le savons bien, sur une conception biaisée de la souveraineté, doublée d’un égalitarisme forcené, détestable et néfaste à tous points de vue.
Par ailleurs, au vu du profil du personnel politique, de la formation doctrinale et politique des électeurs, de la mainmise des médias sur l’orientation des débats politiques, du peu d’intérêt des Français pour la chose publique, il faudrait des années pour remplacer cette classe dirigeante incompétente et pernicieuse par une nouvelle élite qui puisse être à la fois consciente des véritables enjeux et élue par le peuple. Encore serait-il malaisé d’être certain que la France gagne grand-chose à ce petit « grand » jeu. Au passage, le peuple de France existe-t-il encore ? Nous en reparlerons…
La création complète d’un Etat digne de ce nom, ou sa refondation sur des bases saines et intègres, ne sera pas la conséquence d’un processus démocratique ou républicain. Il résultera d’un retour du principe de légitimité et d’autorité auquel j’adhère de toutes mes forces. Voilà l’œuvre à laquelle nous devons tous nous atteler.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  1. Le tripartisme hérité de la Révolution de 1789, article publié en juin 2017.
  2. Panorama critique de la droite, auto-édition, septembre 2016.

Derniers articles Tour d'horizon

Haut De Page