Grenoble : burkinis à la piscine, subventions à la métropole !

dans Zones occupées

L’opération « toutes à la piscine », initiée par l’association Alliance citoyenne ces derniers jours à Grenoble a démontré, une fois de plus, la compromission effrayante de notre état avec les associations communautaristes.


Rédaction NSP
Klara Von Kustniz

Ces derniers jours, les militantes d’Alliance citoyenne ont investi en burkinis les piscines de Grenoble, provoquant délibérément des polémiques stériles et obligeant la municipalité à fermer les lieux pour des raisons évidentes d’hygiène ce qui pénalise une fois de plus les citoyens respectueux des lois. Une prochaine action est prévue le 30 juin 2019.
L’agglomération de Grenoble-Alpes-Métropole subventionne Alliance citoyenne à hauteur de 5 000 euros par an.

Il faut préciser que la mairie de Grenoble et son maire EELV Eric Piolle ne voient aucun inconvénient à soutenir une association ouvertement gauchisante, association qui se bat , officiellement contre toutes les formes de discriminations et d’injustice. Enfin, toutes ? Peut-être pas. On n’a pas vu Alliance citoyenne défendre les injustices dont sont victimes les militants prolife et encore moins monter au créneau pour sauver Vincent Lambert de l’assassinat et sûrement pas défendre les victimes d’actes christianophobes ou s’insurger sur les dégradations d’église ou rappeler que la liberté d’expression vaut pour toutes les idées, même celles qui leur déplaisent. Les injustices à géométrie variable, ça les connaît à Alliance citoyenne.
Et les voilà qui enfilent des burkinis pour lutter contre les discriminations. Voilà qui devrait plaire à Me Taslima Nasreen condamné à 38 coups de fouet pour avoir défendu des militantes anti-voile. Mais portez vos burkinis, mesdames, mais dans votre baignoire ou mieux encore dans des pays où la soumission de la femme est une chose normale. D’ailleurs dans quel pays normal, la vue d’une gamine non voilée peut-elle inspirer des désirs ? Vous êtes la honte du droit des femmes et Alliance citoyenne, membre du groupe ACORN International, ferait mieux de s’occuper de lutter pour votre droit à être libres dans un pays libre où les femmes ont les mêmes droits que les hommes. L’islamo-gauchisme est la plaie de ce monde. Mais quand on est membre d’un groupe comme ACORN International, il ne faut s’étonner de rien.
ACORN, fédération d’organisations communautaires, spécialisée dans la micro-finance et le logement abordable, a été fondée en 1970 par Wade Rathke, activiste et syndicaliste américain, dans le but de réformer le travail, a été entachée de divers scandales, le frère du fondateur ayant détourné environ 950 000 dollars des associations caritatives du groupe, scandale qui se régla en interne, loin des foudres de la justice.

En attendant, les scandales n’empêchent pas ACORN d’être côtée en bourse. Visiblement, l’humanitaire, ça rapporte.

Point besoin donc des subventions de la métropole grenobloise… Et le maire de Grenoble, Eric Piolle, ferait bien de se renseigner avant de jeter l’argent public dans les poches des associations gauchistes et communautaristes. Mais de la part d’un personnage qui a créé une plate-forme de coordination pour recueillir les propositions d’accueil des réfugiés et a remis à Cédric Herrou la médaille de la ville de Grenoble en tant que « délinquant solidaire » et que la flambée des actes de violence dans sa ville ne semble pas perturber- fusillades sur fond de trafic de drogue etc…- la chose paraît finalement parfaitement normale. Le brave homme souhaite amener plus de députés « humanistes » à l’Assemblée nationale. Comme tout cela est fraternel.
Le grand humaniste Eric Piolle , non content d’être maire de Grenoble, est aussi le fondateur de Raise Partners, une société internationale spécialisée dans la gestion à risques des portefeuilles financiers.
Humaniste, fraternité, communautarisme et gros sous. Ça se passe comme ça à Grenoble et en « république » maçonnique …