Histoire du Fascisme, Gioacchino Volpe

dans Arts & Lettres & Chansons

Réédité pour la première fois en français depuis sa parution en 1940 et préfacé par Vincent Vauclin (Dissidence Française), Histoire du Fascisme présente un panorama du mouvement politique Italien depuis sa création.


Rédaction NSP
Klara Von Kustniz

Si l’auteur ne cache pas sa sympathie pour le mouvement, c’est tout d’abord l’historien qui analyse cette période de l’histoire italienne. Gioacchino Volpe (1876-1971), contrairement à la notule succincte et très orientée de Wikipédia, n’est pas juste « un nationaliste ». Il est surtout un des plus grands spécialistes de l’histoire médiévale italienne sur laquelle il a jeté un regard particulièrement novateur avec l’analyse de la période communale et de la vie Pisane, analyse qui met en avant un lien unitaire italien, lien qu’il retrouvera avec le mouvement fasciste dont il décrit l’ascension dans cet ouvrage.
Volpe s’attache tout particulièrement à opposer la doctrine et l’idéologie, la doctrine variable selon les nations alors que l’idéologie reste un monolithe mortifère. Pour lui, s’il n’y a qu’une idéologie communiste que ses partisans veulent appliquer sans distinction de nations, il n’y a pas une doctrine fasciste mais des doctrines fascistes, chacune adaptée au pays qui les voit naître. En cela, pour lui, l’idéologie communiste est appelée à disparaître car elle est figée sur un discours toujours identique de destruction culturelle alors que le fascisme ne peut que triompher car il s’adapte à une culture et une tradition.
Nous ne saurions trop vous conseiller de découvrir Volpe, ce remarquable historien que les vainqueurs ont jeté aux oubliettes pour ses sympathies politiques. Un auteur dont Vincent Vauclin a saisi la pertinence et celle du mouvement qu’il dépeint : ” À l’atonie démissionnaire des gouvernements libéraux qui menaient l’Italie à sa perte, le fascisme répondit par la vitalité, la fougue et l’autorité d’une génération incandescente qui avait découvert dans l’épreuve de la guerre des valeurs bien plus hautes que celles qu’incarnait alors une bourgeoisie réactionnaire qui n’avait su se hisser à la hauteur des sacrifices qu’elle avait exigés de son peuple. Aux capitulations d’une démocratie technocratique et gestionnaire, les fascistes opposèrent une politique de civilisation innervée d’une volonté de puissance prométhéenne, établissant la primauté de l’intérêt national sur les intérêts particuliers, et oeuvrant à l’édification de l’homme nouveau qui porterait un coup d’arrêt à l’avilissement et à la décadence matérialiste pour bâtir la nouvelle Rome impériale.”


Histoire du Fascisme
Gioacchino Volpe 1876-1971
Préface : Vincent Vauclin
Ed. Reconquista
258 pages, 17 euros.

 

Derniers articles Arts & Lettres & Chansons

Haut De Page