répression mineurs

Jacques Myard, émule ou disciple de Jules Moch

dans Tour d'horizon
Rédaction NSP
Claude Timmerman

Jacques Myard ancien député opportunément renvoyé dans sa mairie de Maisons-Laffitte lors des dernières élections (pour une fois où la vague LREM a servi à quelque chose) n’a pas pris la mesure du désaveu dont il était l’objet, malgré ou à cause de ses intervention aux affirmations historico-lyriques pour le moins navrantes sinon hilarantes Tous ceux qui ont subi son discours du 11 mai 2010 sur l’émancipation des femmes face à la servitude de la burqa garderont en mémoire son évocation de « Jeanne Hachette défendant Paris contre les Vikings » (sic !).


Le texte avait évidemment aussitôt été repris, sans modification, mais surtout sans commentaires par « Riposte Laïque », ce qui montre décidément que l’ignorance ne connaît pas de frontières idéologiques !
Le procès-verbaliste de l’Assemblée Nationale note :
« Quel talent » s’était exclamé monsieur Glavany.
« Du grand Myard !» avait proclamé alors – toujours selon le PV de l’Assemblée Nationale – son compère en « ignaritude » l’ineffable maire du Rincy, Eric Raoult…
C’est que Jacques Myard a une capacité exceptionnelle et assez originale : celle d’énoncer plus de bêtises que le nombre de mots nécessaires à le dire et il continue de nous abreuver de ses messages issus du cercle « Nation et République » (tout un programme !) qu’il a fondé en 2003 et qu’il préside toujours… La liste est longue !…
On le vit par la suite en 2012 partir en guerre – avec succès hélas – pour s’opposer à la loi Boyer !
L’Assemblée nationale, le 22 décembre 2011 avait adopté la loi Boyer qui pénalisait la négation des génocides reconnus par l’État français, dont le génocide arménien de 1915 (reconnu depuis 2001).
Cette loi prévoyait une peine d’emprisonnement d’un an et 45000€ d’amende en cas de « contestation ou minimisation outrancière » du génocide…
Jacques Myard fut un des leaders des 66 parlementaires qui saisirent le Conseil Constitutionnel qui invalida la loi Boyer le 28 février 2013 au motif que « la démarche française n’a pas respecté la Liberté d’Expression » (sic!)
En l’espèce, il s’agissait surtout de ne pas mécontenter les autorités turques… Et monsieur Myard intervenait d’ailleurs sur une radio turque en France (MIT) en soutien aux thèses turques.
Une coïncidence sûrement…
On le verra au mois de septembre suivant apporter son soutien à…Vincent Peillon !
« Le député UMP Jacques Myard a apporté son soutien lundi à l’initiative de Vincent Peillon d’afficher une charte de la laïcité à l’école, y voyant « une tentative pour ramener la sérénité dans la vie scolaire » »
Récemment il s’était illustré en expliquant doctement que le château de Saint Cloud avait été incendié… par les Prussiens…Alors qu’il le fut… par l’artillerie parisienne…(Après Jeanne Hachette et les Vikings, nous avions compris que Myard est fâché avec l’Histoire.)
Or l’Histoire nous rappelle que Napoléon III a déclaré la guerre à la Prusse depuis le château de Saint Cloud…
Riposte symbolique : l’armée prussienne durant le siège de Paris y installera son état-major et les hauteurs de Saint Cloud feront partie du dispositif du bombardement de la capitale et pratiquement tous les historiens s’accordent à dire que c’est à la suite d’échange de tirs avec les batteries parisiennes du Mont Valérien et/ou du fort d’Ivry que les pièces parisiennes mirent le feu au château qui brûla du 10 au 13 octobre…
(On imagine mal d’ailleurs, même si effectivement les prussiens allaient détruire Saint Cloud, qu’ils s’attaquent alors à un des lieux clefs de leur dispositif militaire …)
Lucidité ou prémonition, l’impératrice Eugénie, inquiète des conséquences de la déclaration de guerre ,avait d’ailleurs fait déménager le château dès le début août 1870 !
Mais notre ami Myard vient de faire mieux :  Le 19 mars 2019, il a osé publier sous le titre « Sommes-nous gouvernés par des naïfs ? » le texte qui suit, baptisé « billet de colère »

_______________________________________________________________________________________

Billet de colère : SOMMES-NOUS GOUVERNÉS PAR DES NAÏFS ? de Jacques MYARD
Membre Honoraire du Parlement
Maire de Maisons-Laffitte
Président du Cercle Nation et République

 A/S : SOMMES-NOUS GOUVERNÉS PAR DES NAÏFS ?

La question apparaît saugrenue tant il est vrai que gouverner exige lucidité, clairvoyance et réalisme.
Sans remonter à la confession de Lionel Jospin en mars 2002 :  » J’ai péché un peu par naïveté… » qui lui valut à l’époque une volée de bois vert et vraisemblablement d’être sévèrement battu l’année suivante dès le premier tour des élections présidentielles, l’actualité récente nous interpelle justement sur cette question.
Il y a quelques jours, j’ai participé au Parlement fédéral belge à une conférence sur le thème de l’influence de l’Islam radical sur les migrants, conférence à laquelle participaient des parlementaires suédois, italiens (dans l’opposition au gouvernement actuel), espagnols, belges et allemands ainsi que des représentants d’ONG des droits de l’Homme et associations musulmanes intégrées revendiquant leur citoyenneté belge .Tous les intervenants ont souligné l’influence bien réelle de l’islam radical sur nombre de migrants qui entrent en Europe sans que les gouvernements prennent la mesure des risques et des enjeux de sécurité.
L’attentat d’Utrecht commis par un turc radicalisé illustre malheureusement la naïveté du gouvernement hollandais dont il n’a pas l’exclusivité; ce terroriste était bien connu des services de police et après un séjour en Turquie, il est rentré sans difficultés aux Pays-Bas au lieu d’être expulsé.
Naïveté aussi dans les événements sur les Champs Elysées qui étaient prévisibles en raison de l’arrivée d’éléments d’extrême gauche venant d’Italie et d’Allemagne. Face aux émeutiers – par crainte qu’il puisse y avoir des blessés, voire des morts – , le gouvernement a laissé les casseurs prendre le haut du pavé, et ils ont détruit à l’envi, au grand dam des Français.
Cette situation n’a plus rien à voir avec le droit de manifester, elle est insurrectionnelle ; il y a qu’une réponse possible, rétablir l’ordre par la force ou alors subir la loi des insurgés.
La réponse du gouvernement relève du « politiquement correct », il limoge le préfet de police, mais n’ose affirmer que l’ordre sera dorénavant rétabli par la force; il apparaît tétanisé et avoue sa faiblesse. A cet égard, le pouvoir apparaît plus faible que certains gouvernements faibles de la IVe République qui ont su maintenir l’ordre, en 1948 pour ne prendre qu’un exemple.
La naïveté de nos gouvernements se conjugue désormais avec une lâche irresponsabilité, mais qu’ils prennent garde, la chute n’est pas loin, car :  » Ce qui rend la naïveté si gracieuse, c’est qu’elle n’est pas faite pour durer « 

Antonin Rondelet, réflexions de littérature et de philosophie ( 1881 )

_______________________________________________________________________________________

Vous avez bien lu :

« A cet égard, le pouvoir apparaît plus faible que certains gouvernements faibles de la IVe République qui ont su maintenir l’ordre, en 1948 pour ne prendre qu’un exemple. »
Le souhait de Myard est donc de voir Castaner voler sur les traces de l’immonde Jules Moch, le socialiste, dernier ministre de l’Intérieur qui fit tirer sur les ouvriers grévistes des Charbonnages, notamment dans le Nord, à Alès et à Carmaux ! On enterra les morts…
Le 6 décembre 1947 Pierre Hervé dans l’Humanité  souligna : « L’histoire stigmatisera la conduite de ce perroquet vaniteux, technocrate et synarque que les honteux lauriers du chien sanglant Noske font rêver. »
J’ai évidemment aussitôt répondu à l’auteur :
« Monsieur Myard!

 A l’heure où l’imposture de la « représentation nationale » éclate au grand jour – quand la majorité des électeurs s’abstiennent parce qu’ils ne veulent pas adouber des candidats que la classe politique leur impose (tous partis confondus) – et quand la cynique politique d’abandon des classes populaires et rurales engendre une légitime jacquerie, je lis non sans stupeur cette phrase de votre commentaire: « A cet égard, le pouvoir apparaît plus faible que certains gouvernements faibles de la IVe République qui ont su maintenir l’ordre, en 1948 pour ne prendre qu’un exemple. »
A moins que vous ne retiriez immédiatement cette phrase je me trouverais contraint de faire savoir que vous vous affirmez être un ardent supporter des tueurs de Jules Moch… (Un aspect de votre personnalité que vos ex-électeurs doivent ignorer…)
En tout cas, grâce à des gens comme vous, les Castaner et leurs nervis peuvent mutiler les manifestants et dormir sur leurs deux oreilles! C Timmerman »

Monsieur Myard n’ayant rien trouvé d’autre à répondre, avec un certain culot, que « On se calme » ce qui ne risquait pas de m’impressionner, et n’ayant évidemment pas retiré cette phrase abjecte, je m’exécute… Que les électeurs de Maisons-Laffitte se souviennent du vrai visage, enfin dévoilé, de ce personnage, lors des prochaines élections, municipales comme nationales…