La nécessaire révolution identitaire

dans Résister

Chaque samedi depuis le 17 novembre, date de la première mobilisation nationale des Gilets jaunes, c’est la même rengaine : le ministre de l’Intérieur Castaner tente piteusement de mettre sur le dos de « l’ultra droite » les scènes de violences qui émaillent les manifestations à Paris et en pro­vince. Il s’agit là d’une véritable imposture. La tarte à la crème du « complot d’extrême droite », tant de fois servie par les cé­nacles de paranos qui depuis des décennies servent de « gouvernements » à la France et relayée par la presse aux ordres, était la recette parfaite pour tenter de marginaliser les opposants au Système. Mais celle-ci ne fait plus l’effet es­compté. Castaner a beau essayer de la remettre sur la table, plus personne n’est dupe.


Rédaction NSP
Roland Hélie Directeur de Synthèse nationale

Le 24 novembre, sur les 140 interpelés, n’en déplaise au pouvoir chancelant, au­cun n’était fiché « extrême droite ». Samedi 1er décembre, ceux qui ont saccagé en toute impunité et devant les caméras de télévision l’Arc de Triomphe ou brûlé des voitures dans Paris n’étaient pas des nationalistes. C’était, d’une part, les supplé­tifs d’ultra gauche du ministère de l’Intérieur envoyés par Castaner et sa clique pour discréditer le soulèvement populaire et, d’autre part, les bandes eth­niques venues en découdre et, éventuellement, « faire leurs provisions » à moindre frais à quelques semaines des fêtes de fin d’année. Assez de men­songes, le jour approche où les manipulateurs de l’information devront enfin rendre des comptes.
L’extrême gauche mélanchoniste et son excroissance intitulée « antifa » ne sont que les petits domestiques serviles du Parti de la Finance mondialisée incarné par Macron, Castaner et consort… Ils sont là pour exécuter les basses œuvres que leur commandent leurs maîtres. Rien de tel qu’un gauchiste internationaliste pour servir les intérêts d’un financier mondialiste. Cette mascarade a assez du­rée…

Seul le gouvernement porte la responsabilité des événements : 

  • En conduisant le peuple français à la précarité en multipliant les taxes et les vexations, il a suscité la juste et saine colère des Gilets jaunes. Et lorsque l’on tabasse son peuple, il ne faut pas s’étonner que celui-ci réagisse parfois de ma­nière violente. Cela, Macron ne l’a visiblement pas appris à l’école (fut-elle de la ré­publique)…
  • En ayant laissé se développer une immigration incontrôlée engendrant dans les banlieues des bandes de racailles semi-sauvages qui font régner la terreur et qui sont complètement dépourvues de toute éducation, il ne faut pas s’étonner que celles-ci viennent, « au mieux » saccager les villes et piller les magasins et au pire, comme ce fut le cas à Strasbourg, massacrer des passants au hasard…
  • En envoyant ses sbires gauchistes provoquer des débordements, le pouvoir joue aux apprentis sorciers… Avec de telles sottises, il ne faut pas s’étonner si l’on se retrouve dans une situation qualifiée « d’insurrectionnelle ».

Et les nationalistes dans tout cela ?

Conscients de leur rôle d’aiguilleurs du peuple, les nationalistes sont bien-sûr présents, à Paris comme sur les ronds-points en province, pour expliquer au Gi­lets jaunes que, au-delà de leur légitime révolte, c’est une véritable révolution qu’il faut préparer. Une révolution nationale, sociale, populaire et identitaire… Macron est en train de brader la France. La course contre la montre est engagée. Dernier exemple : le gouvernement vient, en toute discré­tion (à croire que les émeutes tombent à pic pour faire passer la pilule), de ratifier, les 10 et 11 décembre derniers à Marrakech le pacte de l’ONU sur les migrants qui légitime une immigration encore plus massive vers l’Europe.
Synthèse nationale a publié un tract pour expliquer aux manifestants le soutien que les nationalistes apportent à leur action. L’accueil enthousiaste que nous ont réservé les Gilets jaunes montre que ceux-ci commencent à prendre conscience du véritable combat qu’il faut mener. Nous n’en sommes plus au stade des négociations ou des compromis. Le Système est au bout du rouleau. Il n’y a plus rien à attendre. Il faut une véritable rupture avec les dogmes qui sont ceux des politicards, de gauche comme « de droite », qui se partagent depuis trop long­temps le pouvoir. Il faut que notre pays retrouve son indépendance vis à vis des conglomérats multinationaux, il faut une politique au service de la France et des Français d’abord.

Commandez le numéro hors-série sur les gilets jaunes.  

Abonnez vous en ligne

Derniers articles Résister

Haut De Page