De Gaulle ou la secte zora(st)rienne

dans Tour d'horizon

Rassurons d’abord les lecteurs : il n’y a pas de faute d’orthographe dans le titre, et nous ne traiterons pas ici d’une branche du zoroastrisme ou d’une quelconque dissidence des disciples de Zarathoustra.Le terme employé, néologisme qui en étonnera  certains, révèle par son écriture inclusive (pourquoi ne pas utiliser les outils qu’inventent nos adversaires quand ils peuvent nous être utiles ?) sa véritable signification: l’adoration de Zora et le combat aujourd’hui entrepris pour sa béatification. (Sainte Zora, en abrégé dans le martyrologe gaulliste  Zora.St …)


Rédaction NSP
Claude Timmerman

C’est une affaire qui a germé en 1970 dès l’annonce de la mort de Zora, dite « la grande Zora ».  Très vite, sa tombe devint lieu de pèlerinage et, estompant les deux clochers pluri-centenaires de Colombey, une énorme croix de Lorraine, érigée à sa mémoire, allait désormais défigurer le paysage de la Haute Marne. C’est vrai que ce n’est pas forcément pire qu’une éolienne dans le paysage. Désormais tous les hommes politiques se devaient d’aller s’y faire voir en pèlerinage…
Depuis vingt ans les thuriféraires du mythe, n’étant pas immortels, voient leur nombre s’amenuiser : c’est ainsi que les Compagnons de la Libération ne sont plus que quatre … Faute de témoins, glorifiés ou moins glorieux, le personnage s’identifie désormais au mythe. Alors pour relancer le fanatisme gaullâtrique voici que la bigoterie s’en mêle et que certains, priant carrément ce nouveau messie, déclarent en « recevoir des grâces » (sic !)
C’est là que, de peur de se faire qualifier de secte, les adeptes zora(st)riens, se souvenant que leur gourou était réputé catholique, cherchent à faire cautionner leur piété en… le faisant béatifier !
Ce, dans un premier temps bien sûr,  car c’est la procédure préalable obligatoire avant le but visé : la canonisation… Rien que cela ! (D’où le prévisible « Zora (st) » qui peut très justement qualifier dans son objet cette secte qui se réclame donc maintenant du catholicisme !)
Cette obscénité ressort année après année, et on ne peut que se désoler de voir quelques ecclésiastiques (une demi-douzaine tout de même, dont un évêque africain, Mgr Fumukani de RDC!) se fourvoyer dans cette affaire.
On y trouve aussi quelques rares personnalités, connues dans la mouvance de la droite chrétienne, dont il faut tout de même souligner le courage pour oser affirmer de telles convictions vis-à-vis de gens qui  ne les partagent pas… Telles sont Guillaume de Prémare, Anne Coffiner ou la cinéaste Cheyenne-Marie Caron…
La secte zorastrienne peut revendiquer sur Facebook environ cent cinquante membres mais laisse apparaître tout de même plus de quatre cents sympathisants !

Actuellement elle lance une grande campagne qui « vise à recueillir les témoignages de personnes priant Charles de Gaulle et / ou ayant reçu des grâces par son intercession. » (sic !) Certains adeptes n’hésitent pas à y parler des « paroles prophétiques de De Gaulle »
On pourrait même songer alors à rajouter un livre au Nouveau Testament.  Je m’étonne qu’aucun n’y ait encore pensé. « Mémoires de guerre » par exemple ? Chronologiquement ce serait un livre qui viendrait donc après l’Apocalypse de Saint Jean…
Une situation effectivement prophétique, il faut bien en convenir !
Certes, on n’en est pas encore à faire introduire la cause de Zora en béatification, mais la réunion de tous ces témoignages ressemble furieusement à une ébauche d’intention : le stade initial de mise en route de la procédure épiscopale de l’ordinaire du lieu qui conduit à nommer une commission canonique (historiens, théologiens, vaticanistes) pour faire une étude critique de tous ses écrits et les condenser dans un document transmis à Rome à la Congrégation pour les causes des saints. (C’est ce qui mènera l’instruction finale…)
C’est là, si cette ahurissante procédure devait se poursuivre et être alors traitée par la Congrégation pour la Cause des Saints, que l’on devra agir auprès de l’avocat du diable…
Et ce ne sera heureusement pas trop difficile !…
Il n’est évidemment pas question de (re)faire ici le procès de la grand Zora …
Chacun connaît l’adage célèbre qui résume effectivement toute son action politique :
« De Gaulle ? Général de brigade à titre provisoire, général de division à titre définitif. »
C’est tout ce que rappelait Roger Holeindre dans son ouvrage de 2009 : « L’homme qui faisait se battre les Français entre eux »
On se contentera de rappeler quelques « vertus chrétiennes » illustrées par sa politique :
– Le marchandage de la Conférence d’Anfa . A l’inverse de Giraud, présent comme De Gaulle, la grand Zora a accepté les dictats de Roosevelt pour l’entrée en guerre des Américains  (Giraud a claqué la porte !)
– Ouvrir sans frein le marché européen aux produits américains.
_Démanteler l’Empire Colonial français et décoloniser dans les trente ans.
– Laisser faire – pour ne pas dire encourager – les odieux règlements de comptes de la « résistance » lors de la « libération »
– Refuser la réconciliation des Français après la guerre en regardant poursuivre l’épuration et en l’alimentant de sa propre haine (au point de refuser la  nomination de Paul Morand à l’Académie Française !).
– Trahir les Français d’Algérie qu’il avait « compris ».
– Abandonner les Harkis dont le seul crime était d’avoir fait confiance à la France et de lui être fidèles.
– Avoir fait preuve de « miséricorde » en refusant la grâce des membres de l’OAS dont l’emblématique Rogre Degueldre
[On se rappellera à cette occasion que les trois premiers officiers ayant refusé l’ordre de former le peloton d’exécution, les capitaines Jean de Balby de Vernon, Michel Cabanes et Michel Martet, du 501e régiment de chars de combat de Rambouillet, furent sanctionnés, rayés des cadres et mis aux arrêts. Les officiers suivants qui ont refusé l’ordre, ont également été sanctionnés. Le général de Larminat, président de la Cour militaire de justice chargée de juger les participants au putsch d’Alger d’avril 1961, se serait suicidé pour ne pas obtempérer à l’ordre du général de Gaulle de faire fusiller le lieutenant Degueldre…]
Une attitude chrétienne  que tout cela? Un modèle pour les catholiques ?
Jamais !
Les zorastriens ne seront à jamais qu’une secte !
Certains y veilleront et on ne leur souhaite, au mieux, que l’oubli … Avant le mépris …


NDLR : Nous n’oublierons jamais que De Gaulle a validé l’assassinat de Robert Brasillach, le 6 février 1945.

Derniers articles Tour d'horizon

Haut De Page