La Suède doit faire face à la polygamie des immigrés, interdite par sa loi.

dans Zones occupées

L’immigration musulmane en Europe a apporté de nombreux défis aux sociétés ouvertes d’esprit qui voient leurs bases sociales et juridiques menacées par des certaines coutumes mahométanes. L’un de ces défis est, sans aucun doute, celui de la polygamie, pratique acceptée par l’Islam.

Rédaction NSP
TRADUCTION FRANCESCA RIVERA

En Août 2016, l’un des fondateurs de l’Union des communautés islamiques en Italie, Hamza Piccardo, a demandé la légalisation de cette pratique (toujours dans le sens d’un homme marié avec plusieurs femmes) en faisant valoir que si la légalisation du mariage entre personnes de même sexe est « juste une question de droits civils, alors la polygamie est un droit civil ».
En janvier 2018, la Cour suprême espagnole a reconnu la pension de veuve aux deux épouses d’un polygame marocain qui avait servi dans l’armée espagnole au Sahara et percevait une solde de l’Espagne. Cette affaire, qui pourrait être considérée comme circonstancielle, est pourtant un précédent très important puisque une application pour smartphones visant à trouver des femmes pour créer des familles polygames place ce cas et Barcelone comme ville de référence en Espagne.
En Suède, la question se complique encore puisque les partisans de la polygamie (acceptée pour les musulmans qui arrivent dans le pays avec ce statut) sont alliés aux occidentaux favorables aux relations poly-amoureuses. Les scandales se produisent avec des cas comme celui d’un réfugié syrien, polygame (trois femmes), qui a reçu du gouvernement trois maisons pour loger chacune des « familles » avec le confort nécessaire et représentant au total  1,8 millions d’euros. Mais dans ce même pays, une femme ayant une relation «poly-amoureuse» n’est légalement reconnue que comme célibataire.

Le gouvernement suédois doit donc répondre à la question de la polygamie dans le pays. La ministre des migrations et vice-ministre de la Justice a expliqué que «la polygamie ne sera pas reconnue en Suède et nous devons analyser les lacunes de la législation qui la permette»., «La polygamie est opposée à l’égalité des sexes et, selon l’ONU, peut avoir de graves conséquences émotionnelles et économiques».
Dans un communiqué publié par le ministère, il est reconnu que les cas de polygamie (mariages illégaux, par conséquent) sont dus à une augmentation des processus d’asile de ressortissants de pays musulmans.
Le même problème se pose dans le pays avec les mariages contractés avec des mineurs. Bien que la loi scandinave interdise les mariages au moins de 18 ans, on ne peut empêcher la venue de mineurs accompagnant des adultes et déjà mariés dans leur pays d’origine.
La façon dont le gouvernement suédois mettra un terme à ces pratiques est inconnue, de plus la nature religieuse de ces pratiques va forcer, en quelque sorte, le gouvernement à critiquer l’islam.

Ce n’est pas en vain qu’il y a, sur les réseaux sociaux, des organisations dédiées à dénoncer les crimes de haine contre tous ceux qui osent critiquer certains aspects de la culture islamique. On ne connait aucune contre des musulmans ordinaires ou contre des imams pour leur prédication, même pour les plus radicaux. Et la décision prise par la ville suédoise de Vajxo, à quatre cents kilomètres au sud-ouest de Stockholm, d’interdire, pour 20 ans, à un curé de sonner les cloches de son église sans limiter par ailleurs l’appel à la prière musulmane qui, comme on le sait, faite à partir de minarets par des haut-parleurs est entendu dans un rayon considérable, en est la parfaite illustration.

Source : Actuall.com

Derniers articles Zones occupées

Haut De Page