Le milliardaire Xavier Niel réorganise ses activités

dans La voix de son maître

La vie de Xavier Niel se résume à un tourbillon de créations d’entreprises, de prises de participations, de cessions et d’investissements tous azimuts, notamment dans nombre de jeunes pousses prometteuses. Avec deux autres milliardaires, Matthieu Pigasse et le sinistre Pierre Bergé, décédé en 2017, il contrôle le quotidien Le Monde dit de référence – et quelle référence ! – depuis 2010.

Graine d’entrepreneur, à dix-huit ans Niel créait déjà des services de minitel rose en même temps qu’il investissait dans les peep-shows et les sex-shops. Visiblement tourmenté par la chose et l’argent facile, il interrompit même ses études pour se consacrer à la création et la gestion d’entreprises pornographiques par minitel. Une véritable vocation précoce qui allait lui servir de tremplin vers la fortune puisque dès 1990, il créait Iliad, entreprise de télécoms et maison-mère du fournisseur d’accès internet et opérateur de téléphonie mobile Free.

Aujourd’hui, Xavier Niel restructure son empire et semble vouloir réaliser de colossales opérations patrimoniales après avoir réussi un coup de poker fumant cet été en transférant 29 605 872 actions Iliad à la société Holdco qu’il contrôle à 100%, en profitant pour réorganisaer en profondeur et simplifier ses holdings en vue d’opportunités à venir et à saisir. Suite aux désabonnements massifs des clients Free, l’avisé homme d’affaires semble n’exclure aucun scénario, y compris la cession de l’enseigne mais avoue n’avoir reçu à ce jour aucune proposition sérieuse. Xavier Niel détient aujourd’hui cinq milliards d’euros de fonds bancaires rapidement mobilisables pour des opérations de diversification.

La grande presse aux mains des magnats de la finance

Actionnaire de Mediapart, dirigé par le trotskiste Edwy Plenel et de Causeur, le journal en ligne créé par Elisabeth Lévy, ce qui soit dit en passant en dit long sur la prétendue indépendance des media autoproclamés alternatifs et frondeurs, Xavier Niel dispose aussi d’un véritable empire immobilier. Propriétaire de l’hôtel Gulbenkian près de la place de l’Etoile, acquis pour 45 millions d’euros, de la villa Montmorency, du Palais rose (11 millions) près du Ranelagh et de l’hôtel Coulanges, acheté 31 millions d’euros place des Vosges, le milliardaire vit avec Delphine Arnault, directrice générale adjointe de Louis Vuitton, du groupe LVMH, propriété de Bernard Arnault, et accessoirement fille dudit Bernard Arnault, première fortune de France et maintenant d’Europe avec un patrimoine évalué à 60 milliards d’euros. A noter que ce dernier possède le quotidien économique Les Échos que se sentent obligés de feuilleter plus ou moins assidûment chaque jour cadres dynamiques et entrepreneurs désireux de rester dans le coup.

Voici qui limite les belles envolées sur l’indépendance de la grande presse et d’ailleurs une citation de Xavier Niel résume la situation et en dit long sur sa conception de la liberté d’expression qu’il accorde aux journalistes : « Quand un journaliste m’emmerde, je prends une participation dans leur canard et après ils me foutent la paix ». Dont acte.

Article d’Arnaud Raffard de Brienne initialement publié dans le quotidien Présent.

Derniers articles La voix de son maître

Ciel, mon nazi !

Notre bonne presse voit des nazis partout mais se garde bien de
Haut De Page