Le Potjevleesch à la Léon

dans Le foyer parfait

Mon grand-père était bourguignon. Nul n’est parfait. Son plat préféré venait de Wallonie même s’il porte un nom flamand : Le Potjevlesch à Léon. Prévoyez grand. Le Potjevleesch se déguste à plusieurs depuis Charlemagne, une vraie légion de convives.


Rédaction NSP
Albertine Glouton

Le Potjevleesch est un plat de viande : Il vous faudra un lapin, un poulet, une rouelle de porc bien grasse, un beau morceau de veau.

  • Découpez toutes ces bestioles en laissant les os. Tant pis pour votre berger allemand Rex qui bave sous la table.
  • Alignez les morceaux de viande dans une grosse terrine en grès. Ajoutez deux belles carottes coupées en tranches, deux gros oignons émincés, une quantité raisonnable de baie de genièvre et de gousses d’ail. Quelques feuilles de laurier vous rappelleront les victoires de papy sur le front russe.
  • Salez, poivrez, arrosez le tout d’une bonne binouse des Flandres de façon à ce que vos viandes baignent à l’aise comme au plus profond de la Volga.
  • Placez votre terrine au four thermostat 7 pendant 2 heures minimum ; entonnez « J’avais un Kamarade » en attendant la cuisson.
  • Attention, le Potjevleesch est un plat qui se mange froid comme disaient les chevaliers teutoniques après la bataille de Grünwald. Il vous faudra donc patienter jusqu’au lendemain, lorsque la terrine, parfaitement refroidie au réfrigérateur, aura pris une belle consistance gelée.
  • Attaquez l’épluchage des pommes de terre Bintje. Inutile de vous préciser que la frite se fait au gras de bœuf et pas à l’huile d’olive comme dans certains pays du Moyen-Orient que nous évitons toujours soigneusement de visiter.

Servez le Potjevleesch accompagné de ses frites, d’une bonne salade, de mayonnaise maison, le tout arrosé d’une bière trappiste. Vous n’aurez bien sûr pas omis de réciter le Benedicite avant de vous jeter sur le repas, en souvenir de Papy Léon parce que « Christus-Rex, tout de même, on n’est pas là pour rigoler » disait-il en attaquant la Poméranie.

Bon appétit !

Tags: