Macron aux ordres du Crif ?

dans Résister

Macron, fidèle à la tradition présidentielle, vient de se prosterner devant les exigences du CRIF (un « conseil » qui ne représente qu’une part infime de la communauté juive de France, rappelons-le au passage) en annonçant qu’il allait sévir contre les méchants nazis qui tagueraient les cimetières (gestes effectivement d’une débilité profonde mais qui, curieusement, arrivent toujours à point nommé…) et contre le Bastion social qui, lui, et c’est le moins que l’on puisse dire, n’a pas vraiment vocation à se livrer à ce genre d’âneries.


Rédaction NSP
Roland Hélie, directeur de Synthèse nationale.

A chaque fois que les choses vont mal pour le pouvoir en place, comme c’est le cas en ce moment avec les Gilets jaunes (lire notre n° spécial, cliquez ici), la seule solution qu’il trouve, c’est la dissolution des mouvements présentés comme étant « d’extrême droite ». On se souvient qu’en 2013, alors qu’il était confronté à l’immense mobilisation populaire contre la loi Taubira de triste mémoire, le gouvernement socialiste de l’époque avait arbitrairement, suite à une provocation gauchiste, dissout le mouvement Troisième voie, les Jeunesses nationalistes révolutionnaires et l’Œuvre française 1. Fait « amusant » : le ministre socialiste de l’Intérieur d’alors était un certain Manuel Valls qui, aujourd’hui reconverti en unioniste catalan, cherche maintenant à participer aux manifs nationalistes à Madrid… Comme quoi, il ne faut jamais jurer de rien.
Revenons à Macron et à ses velléités de dissoudre le Bastion social. Cette dissolution prouverait non seulement la volonté liberticide du Pouvoir mais, aussi, sa soumission devant un lobby quel qu’il soit. Ce qui est plus grave encore. Plus grave en tout cas que les gesticulations autour de « l’affaire Benalla »… Dans un Etat bien fait, le pouvoir ne doit dépendre que de la volonté du Peuple français… Visiblement, avec Macron, on en est loin…
En fait, le Système est vraiment au bord de l’épuisement total. Quelques coups encore et il sera à bas. Et ce ne sont pas ses chiens de garde (flics serviles, journalistes aux ordres, antifas stipendiés, mélenchono-marxistes indécrottables…) qui le sauveront. Voilà pourquoi, face à ce Système moribond, les nationalistes et les identitaires doivent s’imposer comme étant l’alternative salvatrice. Et, dès à présent, il faut faire bloc face à la répression. Nous devons manifester notre solidarité avec le Bastion social. Aujourd’hui, c’est lui qui est visé, demain ce sera qui ? Avec ou sans dissolutions, plus que jamais, le combat doit s’intensifier.

 

  1. C’est une constance : déjà, en octobre 1980, au moment de « l’affaire Copernic », les nationaux avaient été livrés en pâture comme étant les coupables évidents de la série d’attentats qui s’était alors déroulée. Finalement le seul auteur d’un attentat qui a été arrêté fut un un fripier de la rue d’Aboukir (dans le quartier du Sentier à Paris) qui avait mis le feu à sa boutique pour escroquer son assureur… Dans ce genre de situation, la seule question qu’il conviendrait de se poser pour les enquêteurs est : « Mais à qui donc profite le crime ? »

Derniers articles Résister

Haut De Page