Nathalie Loiseau

Nathalie Loiseau serait amnésique. C’est plutôt inquiétant pour son avenir…

dans Zones occupées

Mais non Nathalie, il n’y a aucune honte à avoir été candidate de l’Union des étudiants de droite lorsque tu sévissais à Science-Po 1. En revanche, ce qui est honteux, c’est de vouloir faire croire que tu ignorais la nature de ton engagement d’alors. « Union des étudiants de droite », difficile d’être plus clair… De l’UNI au GUD, en passant par quelques militants de l’Oeuvre française, tout ce que la vénérable école comptait d’anti-communistes et de nationalistes se retrouvait dans ce syndicat. Alors, toi qui étais en quatrième année, tu ne savais donc pas de ce dont il s’agissait ? Laisse-nous rire aux éclats.


Rédaction NSP
Roland Hélie Directeur de Synthèse nationale

Il est vrai qu’à cette époque, pour contrer l’omniprésence des gauchistes de toutes obédiences dans l’université, les nationalistes n’hésitèrent pas, parfois, à ruser. Il y eut ainsi une Fédération des étudiants de Picardie, une Union des étudiants d’Alsace, un Renouveau étudiant à Bordeaux… des appellations imaginatives qui pouvaient, reconnaissons-le, amener l’étudiant moyen à s’interroger sur le positionnement politique de ces syndicats locaux. Mais, avec l’ « Union des étudiants de droite »… il ne pouvait pas y avoir de tromperie sur la marchandise. Ton attitude face aux « révélations » de Mediapart est vraiment déplorable. De deux choses l’une, soit tu es idiote et inculte, ce que nous n’osons pas imaginer ; soit le milieu que tu fréquentes maintenant, LREM en l’occurence, est tellement sectaire et fanatique que tu ne trouves rien de mieux que d’invoquer ta crédulité de jeune fille effarouchée pour te défendre. Ce n’est pas très courageux … Et le plus grave, c’est que maintenant tu voudrais t’imposer comme le rempart face à « l’extrême droite ».
Décidément, tu n’arrêtes pas de nous faire rigoler, Nathalie. Une chose est sûre, c’est que si tu as fréquenté les nationalistes dans ta jeunesse, tu n’as rien retenu de l’éthique qui anime leur idéal. Le reniement est l’apanage des poltrons démocrates, pas celui des « fachos ». Depuis le début de la Ve République, nombre d’élus, voire de ministres, firent leurs premières classes dans la mouvance nationaliste. Face à l’adversité, reconnaissons-le, peu renièrent leurs engagements d’antan (après tout, on a le droit de changer d’idées) et, parmi eux, certains firent même de brillantes carrières. Néanmoins, quelques-uns se crurent obligés, lorsqu’ils se virent débusqués par les petits flics de la pensée dominante, de cracher sur leur passé. Ces méprisables personnages sont vite tombés dans les oubliettes de l’Histoire … et c’est sans doute mieux ainsi. Nathalie, avec ta liste LREM, tu as la prétention de défendre les intérêts de la France dans l’Union européenne. Permets-nous de te dire que, vu ton attitude aujourd’hui, on a de bonnes raisons d’être inquiets pour demain… Mais, rassure-toi, que tu aies été membre de l’UED ou non, cela n’a pas vraiment d’importance car nous n’avions aucunement l’intention de voter pour toi …

 

  1. Si je te tutoie dans cet article, c’est parce que dans la mouvance nationaliste, hier comme aujourd’hui, tout le monde se tutoie. Ainsi, tu vois bien que nous ne sommes pas rancuniers.

Derniers articles Zones occupées

Haut De Page