New York, la ville où vont mourir avec l’avortement les bébés jusqu’à neuf mois …

dans Zones occupées

Le Sénat de l’état de New York vient de voter le Reproductive Health Act qui autorise l’avortement jusqu’aux termes de la grossesse. Ce sont donc des bébés de neuf mois, parfaitement en vie, qui seront prochainement froidement assassinés. Big Apple (la grosse pomme) porte bien son nom : la ville où le péché est institutionnel.


 

Rédaction NSP
Nous Sommes partout

Bien au delà des considérations religieuses, l’idée même d’assassiner un bébé quelques instants avant sa naissance devrait faire frémir d’horreur n’importe quel être humain normalement constitué. A croire que les sénateurs démocrates du clan Clinton ne sont pas fait du même bois que les autres puisqu’ils sont à l’origine de ce qu’on peut sans crainte qualifier d’abomination.
Andrew Mark Cuomo, gouverneur de l’état de New York et soutien d’Hillary Clinton lors de la dernière présidentielle américaine et Andrea Steward-Cousins, leader de la majorité au sénat de l’état ne sont pas peu fiers d’annoncer que « les femmes doivent avoir la plus totale autonomie sur leur corps. » Sur leur corps, pourquoi pas mais sur le corps de leur enfant ?
Le projet de loi stipule que l’avortement sera autorisé jusqu’au terme de la grossesse pour raison de santé de la mère mais la raison de santé invoquée est des plus floues et n’est en aucun cas détaillée. Qui empêchera n’importe quelle femme de faire assassiner son enfant sous prétexte qu’elle est dépressive ou grippée ?
Pire encore, le projet prévoit de changer la loi sur l’homicide en vigueur aux Etats-Unis puisqu’il s’agit d’affirmer qu’un homicide est un crime commis sur une « personne », en changeant la définition du mot « personne » : être humain qui est né et qui a vécu. Voilà qui exclut d’emblée les bébés à naître du statut de « personne » et permet les pires atrocités. Une femme enceinte  battue, agressée, blessée et qui perdra son enfant des suites de ces violences ne pourra plus porter plainte pour homicide. Pire encore, l’avortement pourra être pratiqué par n’importe quel « soignant ». Un « soignant » malhonnête ou corrompu par une famille abusive pourra pratiquer un avortement sur une jeune femme même sans son consentement sans risquer les foudres de la justice, puisqu’il ne s’agit plus d’un « homicide » mais d’un simple acte médical. Cette loi est la porte ouverte sur l’enfer. A New York, le meurtre des bébés devient institutionnel.
Que le Dieu tout-puissant aie pitié de cet Etat.

 

Derniers articles Zones occupées

Haut De Page