Pour une écologie véritable et enracinée

dans Tour d'horizon

Ah l’écologie ! Simple philosophie pour les uns mais véritable mode de vie pour les autres, elle fait régulièrement l’actualité depuis le XX° siècle. Mais de quoi parlons-nous exactement ?


Rédaction NSP
Arsène Montcalm

L’Ecologie est un mouvement intellectuel se fondant avant-tout sur l’étude de notre – ô combien richissime et passionnant – environnement. D’abord strictement intellectuelle, l’écologie s’est politisée dans les années 50-60 et le monde a alors vu apparaître divers partis hétéroclites se revendiquant de l’écologie mais étant véritablement des prédateurs mondialistes et globalistes.
Afin de donner à l’écologie une voix politique, plusieurs personnalités ont pris la bannière de sa cause, notamment le célèbre et sinistre Daniel Cohn-Bendit qui avouait dans son ouvrage Le Grand Bazar (Belfond 1975) qu’il lui était arrivé plusieurs fois que « certains gosses lui ouvrent la braguette et commencent à le chatouiller » , ce qui ne l’empêche pas d’être régulièrement l’invité de tous les plateaux de télévision.
Ce personnage peu recommandable, admirateur fidèle de la mondialisation sauvage, de l’immigrationnisme le plus fou et d’Emmanuel Macron (nous attendons d’ailleurs une condamnation par Madame Schiappa des propos de M. Cohn-Bendit), et écolo-gauchiste n’a aucun scrupule à démolir l’idée très respectable de l’écologie (et notre arche qu’est la planète Terre par la même occasion) en soutenant massivement les éoliennes qui sont, en plus d’être d’horribles stigmates de la mondialisation pour les paysages, de véritables arnaques financières et environnementales comme le démontre Alban d’Arguin dans son ouvrage Eoliennes un scandale d’état.
Ne lui parlez pas de nucléaire au thorium – nous ferions bien de rattraper rapidement les Chinois qui sont déjà très en avance dans ce domaine – dont les déchets ont bien moins d’incidence que ceux d’une centrale nucléaire classique  il ne veut pas en entendre parler. Pour lui qui ne jure que par l’éolien et l’immigration, voir une Europe souveraine avec une énergie propre et véritablement fiable, lui file la nausée à ce brave homme. Une Europe faible, polluée, endettée et pleine de petits migrants de toutes les couleurs, voilà ce dont rêvent Monsieur Cohn-Bendit et ses petits camarades.

L’écologie, une valeur de droite

Vous l’aurez compris, pour notre avenir à tous, il est urgent de ne pas laisser une chose aussi sérieuse que l’Environnement à ces incompétents mangeant à toutes les mangeoires possibles et imaginables. Il est plus que l’heure que nous peuples d’Europe et même du reste du monde, adoptions une vraie écologie humaine et dégauchisée !
Pour se faire, il est essentiel de diminuer drastiquement notre dépendance au pétrole vis-à-vis des pétromonarchies qui, en plus de leur drogue liquide, exportent l’Islam et une culture qui n’a rien à voir avec la nôtre. Pour cela, il faut donc avoir le courage de sortir du carcan idéologique et de franchir le Rubicon en développant le nucléaire dernière génération. Il serait aussi judicieux de redémarrer une filière française pour le photovoltaïque, la seule existante ayant été bradée à la Chine par le dernier gouvernement socialiste, avec toute la chaîne de gestion qui va avec : de la production jusqu’au recyclage de ces panneaux, tout doit être fait en France.
Pour une écologie humaine et bienveillante, il est impératif de nous défaire de cette agriculture productiviste dont nous avons atteint les limites et qui n’assure plus notre indépendance alimentaire. Pour cela, remettons des haies, replantons des arbres, retrouvons les paysages champêtres qu’ont connus nos arrières-grands-parents et revenons à une agriculture propre, loin du productivisme forcené des grandes exploitations.
Pour que chaque français puisse avoir accès à la nature et afin de favoriser son enracinement, il faut que les collectivités apprennent à chaque famille comment faire un potager familial. Dans chaque ville, il existe des associations de « jardins ouvriers » (institution créée en 1986 par l’Abbé Lemire) qui louent un terrain à l’année pour un prix dérisoire, et les municipalités peuvent créer des « jardins partagés » dans les quartiers. En plus de reconnecter chaque individu à notre berceau qu’est la Terre, cela permettra de produire et de consommer local le plus possible. Pour accroître cette reconnexion vitale et nécessaire, quoi de mieux que de réinstituer les anciennes fêtes païennes liées au cycle naturel ?
Cela va de soi, il est plus qu’impératif de quitter l’Union européenne et d’annuler les traités de libre-échange dont la liste s’est encore allongée lors de la signature de traités avec l’Australie, le Vietnam et le Mexique très récemment.
Il est aussi nécessaire que nous, nationalistes nous définissant comme enracinés, montrions l’exemple et cessant de céder à la malbouffe, chantre de la mondialisation hors-sol. Alors laissons tomber les sodas et autres fast-food pour consommer ce qui est vraiment français :des fruits et des légumes de saison, de la viande locale et préparée avec passion.
Ce ne sont que quelques idées parmi des légions d’autres mais elles amorcent une prise de conscience.
Alors coupons l’herbe sous le pied de ces bolchéviks, en prenant l’Ecologie à bras le corps !

 

Derniers articles Tour d'horizon

Haut De Page