Quand Grand Orient de France rime avec grand remplacement

dans Franc-Maçonnerie

Le Grand Orient de France vient de sortir un énième manifeste à la gloire du migrant et de l’étranger, manifeste intitulé « les mineurs isolés étrangers sont avant tout des enfants », histoire de bien faire pleurer les frangines dames-patronnesses dans les temples.


Rédaction NSP
Ivan Lévy

Un manifeste du Grand Orient est le résultat d’une année de travail dans les loges. Chaque loge reçoit ce qu’on appelle « les questions à l’étude des loges », questions la plupart du temps complètement fermées car il ne s’agit pas de donner son avis mais de dire comment mettre en œuvre les consignes. Par exemple, à « comment mieux gérer la question migratoire ? », il est bien évidemment impossible de répondre « par la remigration ». Toute réponse devra intégrer le fait que le migrant doit être accueilli comme un frère et choyé comme un bébé. C’est ce qu’on appelle une question rhétorique puisque la question contient déjà la réponse. C’est dire l’indépendance de pensée de ces gens-là.
Le manifeste vient donc d’être publié et rappelle en exergue la nécessité de la « république universelle » dont les liens fraternels doivent unir tous les francs-maçons sur toute la surface du globe. Les autres peuvent crever, surtout s’ils aiment leur pays, conchient la république et veulent rester sur leur terre, une terre si possible avec des frontières et où personne ne viendra leur dire qu’accueillir l’étranger est obligatoire. C’est très beau de vouloir accueillir l’étranger souffrant, très beau et très méritoire lorsque l’étranger est un vrai réfugié de guerre (13% seulement selon les chiffres de Médecins sans frontière) mais les motivations qui poussent le Grand Orient à accueillir tout ce qui bouge semblent bien moins humanistes.
Le texte affirme que, dans le cas des mineurs isolés, la présomption de minorité doit s’appliquer systématiquement. Un peu facile, mon Très Cher Frère. Dans ce cas, dès que quelqu’un voudra bafouer la loi dans ce pays, il lui suffira d’affirmer qu’il est mineur et la présomption de minorité s’appliquera. Les dealers de banlieue et les joyeux drilles auteurs de tournantes dans les caves apprécieront cette merveilleuse ouverture vers les droits de l’homme.
Ajoutons à cela que, d’après les loges, les mêmes prétendus mineurs doivent bénéficier de tous les droits : couverture médicale, droits sociaux, formation et emplois privilégiés. Il s’agit donc ni plus ni moins que de créer deux catégories de citoyens, celui qui doit trimer pour obtenir un emploi et une vie décente et celui à qui tout est dû parce qu’il est étranger. Pour des chantres de l’égalité, voilà qui est fort de café.
Le Grand Orient ne s’interroge nullement sur le fait que les « mineurs isolés » aient été expédiés en Europe par leur famille pour s’y installer en parasites et approvisionner la dite famille en argent frais issu des allocations et autres indemnités dont la république les abreuve. Voilà qui nous fait penser à ces bons rois africains qui, au XVIIIème siècle, vendaient leurs enfants aux négriers parce que tout de même, business is business. La Franc-Maçonnerie qui hurle toujours avec les loups contre l’esclavage ne se pose pas non plus la question de savoir que les « mineurs isolés » bien formés par leurs soins seront exploités et sous-payés par leurs copains du CAC40 pour des salaires d’un ridicule fini sur lesquels s’aligneront rapidement les salaires des malheureux européens.
Pour les sectateurs des temples, il y a humanisme et humanisme mais il y a surtout business.
Que le Grand Orient qui souhaite accueillir les migrants dans la dignité se rassure. Nous les ferons remigrer dans la dignité afin qu’ils puissent s’épanouir sur leur sol natal, sans être les esclaves des humanistes du CAC 40 …


Derniers articles Franc-Maçonnerie

Haut De Page