Rentrée 2019 à la sauce Blanquer: drapeau européen et réfugiés dans les classes

dans Zones occupées

La rentrée 2019 s’annonce un grand cru de la propagande républicaine et mondialiste : présence obligatoire dans les classes des collèges et lycées du drapeau français, du drapeau européen et du refrain de la Marseillaise et cours de musique dispensés par des clandestins.


 

Klara Von Kustniz
Klara Von Kustniz

La propagande républicaine obligatoire. Dire que le projet du ministre de la Déséducation Nationale Jean-Michel Blanquer « L’Ecole de la confiance » ne fait pas l’unanimité est un euphémisme. Professeurs et parents sont vent debout contre cette insanité républicaine.
A première vue pourtant, rien que de très sympathique dans cette loi qui vise à « réduire les inégalités », « lutter contre le harcèlement », mieux former les professeurs et veiller à la santé des enfants par des visites médicales obligatoires. Faire du neuf avec du vieux en quelque sorte. Mais connaissant les pédagogos, la loi cache forcément un loup, et des plus féroces pour les esprits libres qui refusent la doxa républicaine.
Car n’en déplaise à M. Blanquer, la république n’est pas une religion, elle n’est pas la France, elle n’est qu’un régime politique auquel tout un chacun est libre de ne pas adhérer.
Grâce à cette loi, échapper à la propagande du régime sera de plus en plus difficile, voire impossible. Des professeurs parfaitement formatés bourreront le crâne des élèves de l’idéologie mortifère de 1793 et des pensées gauchisantes les plus pointues : transgenre, privilège blanc et j’en passe. Qu’on sache qu’au cours de leur formation, les apprentis-enseignants auront des cours de « citoyenneté » durant lesquels on leur apprendra à identifier les actes racistes grâce au visionnage des sketches de Michel Leeb sur les africains.
Et pourquoi pas identifier les actes homophobes en regardant La Cage aux Folles. La Déséducation Nationale touche le fond de la bêtise humaine et oublie d’enseigner l’humour à ses sbires et donc aux élèves. Visiblement, la lecture de Voltaire ne sera pas facilitée pour des « apprenants » n’ayant aucune idée de ce que sont l’ironie ou le second degré.

La chasse aux dissidents

L’école va donc devenir obligatoire dès 3 ans et nul n’y échappera. Le contrôle de l’école à la maison sera renforcé de façon drastique dès ce très jeune âge, avec sanctions pénales si les parents refusent par deux fois la mise en demeure de scolariser leur enfant dans l’école républicaine et s’obstinent à l’instruire dans une école « irrégulière ». Naturellement, le ministre justifie toute cette dictature de l’enseignement par le fait de lutter contre la radicalisation. Islamique sans doute ? Rions un peu. Qui fait l’école à la maison et met ses enfants dans les écoles hors-contrats ? Les catholiques traditionnalistes bien sûr.
L’Islam a bon dos. Il s’agit pour la république, une fois de plus, d’annihiler l’enseignement chrétien et de finir le travail commencé sous la Terreur en assassinant les prêtres et les religieuses et ceux qui les défendaient. Nul ne doit échapper au lavage de cerveau et tous doivent devenir de bons citoyens à défaut d’être de bons élèves cultivés et instruits comme au bon vieux temps de la Convention où on engageait, à défaut d’instituteurs, des voyous analphabètes, violents et parfois pédophiles mais capables de faire entrer la république à coups de trique dans la tête de pauvres gosses. Qu’importe qu’ils ne sachent pas lire du moment qu’ils savent rabâcher les Grands Principes et les Valeurs de la république. Il est vrai que pour la Gueuse, les enfants n’appartiennent pas à leurs parents mais sont sa propriété.

Drapeau et Marseillaise : l’amendement Ciotti

Eric Ciotti et sa Ménorah d’or.

Eric Ciotti, député LR, président du Conseil départemental des Alpes Maritimes et Questeur à l’Assemblée Nationale, originaire de la « Suisse niçoise », dont le village Saint-Martin-Vésubie est connu pour avoir accueilli et protégé en 1943 de nombreux juifs réfugiés, ce qui lui valu le titre de « commune des justes de France » et une inauguration en grandes pompes d’une stèle commémorative par le président du comité français Yad Vashem Pierre-Antoine Veil, a donc proposé la présence obligatoire du drapeau français, du drapeau européen et du refrain de la Marseillaise dans toutes les classes de collège et de lycée.
Eric Ciotti que d’aucuns présentent, bien à tort, comme un homme de la droite dure est un grand ami du Frère Christian Estrosi, Grand Maître de la Respectable Loge Moshe Dayan du B’nai B’rith. Ce dernier lui avait d’ailleurs remis une Menorah d’or en 2012 lors de la cérémonie de remise des prix aux personnes particulièrement connues pour leur attachement à l’état d’Israel et à la communauté juive. On comprend mieux la présence du drapeau européen ; quant au drapeau français, étant celui de la république et non de la France chrétienne, il a parfaitement sa place dans cette sinistre farce. Voilà une mesure parfaitement inepte dont l’inutilité va coûter une fortune en drapeaux. Gageons qu’un contrat juteux viendra à l’appui de cette mesurette de propagande et espérons que les drapeaux en question seront au moins fabriqués en France. L’amendement stipule « la présence obligatoire » des étendards et du refrain. Nul ne dit qu’ils doivent être visibles et accrochés et la « présence » dans un tiroir poussiéreux au fin fond de la classe fera bien l’affaire pour le drapeau aux douze étoiles jaunes et le refrain du chant sanguinaire de la république.

La musique de la collaboration : le projet Orpheus XXI

L’école républicaine, non contente d’imposer ses « valeurs » qui ne sont pourtant pas celles de tout le monde, d’imposer l’idéologie du genre, de formater les enfants à un pseudo développement durable au service de l’oligarchie financière se doit aussi de faire entrer dans le crâne de nos chères têtes blondes que les clandestins et autres envahisseurs sont de véritables chances pour l’Occident et qu’il faut accepter le métissage par tous les moyens, surtout comme récemment hélas, à Villeurbanne. Le projet Orpheus XXI  initié, c’est le cas de le dire, par l’humaniste Jordi Savall, prévoit l’intégration de clandestins par le moyen de la musique jusqu’à proposer des interventions rémunérées de ceux-ci en tant qu’enseignants ! Ecoutez chanter le Grand Remplacement. Ce projet qui relève du plus pur pipeau de propagande sera orchestré par l’Union Européenne et son drapeau à douze étoiles jaunes grâce au programme Europe créative qui est pourtant sensé préserver le patrimoine culturel de l’Europe. En quoi un clandestin afghan ou syrien et le tamtam bambara font-il partie du patrimoine culturel de l’Europe ? Le tout financé à hauteur de 1, 46 milliards d’euros de l’argent des contribuables européens.
Les collèges à la pointe de ses projets sont la plupart du temps dirigés par des principaux francs-maçons et nous encourageons vivement les parents d’élèves à protester contre le fort coûteux lavage de cerveau que constitue ce projet farfelu.
Que la “république” ne se leurre pas, la résistance s’organise au sein des familles. Blanquer, souviens-toi de Charette !

 

 

 

 

Derniers articles Zones occupées

Haut De Page