Tag archive

Candid.e.s

Candid.e.s 26: d’un souper que Candide et Roger firent avec cinq étrangers et ce qu’il en suivit

dans Le feuilleton

Un soir que Candide, suivi de Roger, allait se mettre à table avec les autres étrangers qui logeaient à l’hôtellerie, un homme au visage couleur de suie lui tapa discrètement sur l’épaule et le prenant par le bras lui murmura : « Soyez prêt à partir ».

Lire la suite

Candid.e.s 23: Candid.e.s et Roger dans les ruelles de Pedzouille et ce qu’ils y voient

dans Le feuilleton

« Ah Mélonche ! Mélonche ! Ah ma chère mademoiselle Lou ! Qu’est-ce donc que ce monde-ci ! disait Candid.e.s en se dirigeant vers la rue où ils avaient garé la berline noire. – Quelque chose de bien fou et de bien abominable, répondait Roger. – Voilà une autre espèce de folie ! Notre berline a bien sûr été volée, sans doute par la diversité tant aimée de madame Razagogo. Continuons donc à pied » s’exclama Candid.e.s qui devenait un tantinet fataliste.

Lire la suite

Candid.e.s 22 : ce qui arriva dans Pedzouille à Candid.e.s et à Roger

dans Le feuilleton

Arrêtés à un carrefour par un agent de la Macronie, Candid.e.s et Roger attendaient patiemment le passage du convoi officiel, se demandant qui pouvait bien être ce grand personnage qui recréait pour son bon plaisir les grands embarras de Pedzouille. Las d’attendre, ils rangèrent la berline et avisèrent un cabaret aux allures confortables où le vin et la bière tromperaient aisément leur attente. De nombreux voyageurs, attendant la libération de Pedzouille, étaient attablés dans l’établissement et Candid.e.s, toujours curieux, se mêla très vite aux conversations animées. Un joli jeune homme qui portait une tenue arc en ciel fort seyante s’assit…

Lire la suite

Candid.e.s chapitre 21 : Candid.e.s et Roger franchissent les portes de Pedzouille et raisonnent

dans Le feuilleton

On aperçut enfin les portes de Pedzouille. « Avez-vous jamais été à Pedzouille, monsieur Roger ? dit Candid.e.s. – Oui dit Roger. J’ai vu Pedzouille, c’est un chaos, une bacchanale perpétuelle dans laquelle chacun cherche le plaisir et ne semble jamais l’y trouver, du moins à ce qu’il m’est paru. J’y ai peu séjourné, j’y fus détroussé dans les quartiers périphériques où vivent nos amis blédards ; ayant voulu me défendre pour sauver mes maigres biens, j’y fus bien sûr emprisonné quelques jours ; après quoi, j’y fus écrivain d’occasion et censuré dès mon premier écrit ; je me fis donc correcteur d’imprimerie pour gagner…

Lire la suite

Candid.e.s 20 : ce qui arriva sur les routes à Candid.e.s et à Roger

dans Le feuilleton

Le vieux savant, qui s’appelait Roger, suivit donc Candid.e.s dans ses aventures. L’un et l’autre avaient beaucoup vu et beaucoup souffert ; ils décidèrent de se rendre à Pedzouille la capitale de la Macronie afin de s’y fondre dans la foule des pedzouillais et d’y attendre plus commodément le retour de Cacambo et de Mademoiselle Lou. Ils auraient de quoi s’entretenir de l’humanisme, de la Sacro-Sainte Diversité et du Fascisme pendant tout le voyage.

Lire la suite

Candid.e.s 19 : Ce qu’il leur arriva à Dubalais et comment Candid.e.s fit la connaissance de Roger

dans Le feuilleton

La première journée de nos deux voyageurs fut assez agréable. Les navires nongriens avaient déposé leur berline chargée d’or sur la côte macronienne et nos deux héros étaient encouragés dans leurs pérégrinations par l’idée de se voir possesseurs de grands trésors. Candid.e.s, transporté, écrivait le nom de Mademoiselle Lou sur tous les murs d’immeubles qu’il rencontrait et rêvait déjà d’imposer le fascisme en Macronie sûr que ses concitoyens l’en remercieraient vivement.

Lire la suite

Candid.e.s 18: Ce qu’ils virent dans le beau pays de Nongria

dans Le feuilleton

Cacambo témoigna à son hôte toute sa curiosité ; l’hôte lui dit : «  je suis fort ignorant et je m’en trouve bien mais je peux vous mener chez le plus grand savant du pays et le plus communicatif. Il est le conseiller personnel de notre Flambeau et pourra sans aucun doute vous renseigner sur toutes les idéologies qui ont permis notre grand bonheur. » Aussitôt, il mène Cacambo et Candid.e.s chez le Docteur Grobbels. Ils entrèrent dans une maison fort simple où régnait une grande austérité. Tout y respirait l’étude et la philosophie. L’antichambre était à la vérité lambrissée de plaques d’or…

Lire la suite

Candid.e.s 17 : Candid.e.s : Arrivée de Candid.e.s et de son ami Cacambo au beau pays de Nongria

dans Le feuilleton

Quand ils furent au large des côtes de la Nongria : « Vous voyez, dit Cacambo à Candid.e.s, les îles ne valent pas mieux que le Persisistan et cette Ile des Cités était ma foi bien inhospitalière. Je crains les pires déboires dans l’île de Nongria. Croyez-moi, retournons en Macronie par le plus court chemin. -Comment y retourner répondit Candid.e.s, je risque la mort partout où je suis passé. Mais comment me résoudre à quitter la partie du monde où vit Mademoiselle Lou ? -Tournons le navire vers la Corsica où vivent encore quelques macroniens. Ils pourront nous aider. La Sacro-Sainte Diversité aura…

Lire la suite

Chapitre 16 : ce qui advint aux voyageurs avec deux filles, deux rappeurs et les sauvages nommés Blédards

dans Le feuilleton

Cacambo-bette avait suivi son ami Candid.e.s dans l’aventure et commençait lui aussi à se sentir devenir un homme. Leur navire accosta pour une courte escale dans une île charmante nommée Île des Cités.

Lire la suite

Chapitre 15 : Comment Candid.e.s tua le frère de sa chère Mademoiselle Lou

dans Le feuilleton

« Qu’il plaise à notre nouveau Frère Candid.e.s d’entendre la très véridique histoire de notre Très Cher Grand Maître qui, non content de décorer l’Orient lors de nos cérémonies, est aussi un puits de science maçonnique et un exemple de Fraternité pour nous tous . Très Respectable Grand Maître, vous avez la parole. »

Lire la suite

Page 1 sur 2
1 2
Haut De Page