Theusz ou l’art d’enchanter martialement !

dans Arts & Lettres & Chansons

Je déteste le monde moderne. Ce n’est pas nouveau. C’est ainsi depuis toujours. Pour autant je ne déteste pas les individualités. Theusz, compositeur de musique électronique (terme très restrictif)  est à mon sens une individualité dotée d’un sens créatif précieux.


Rédaction NSP
Clotaire de La Rue

De prime abord, j’ai apprécié chez lui cette fierté slave. Regard bleu et profond, prestance, élégance. Tenue. L’inverse de notre société inversée et de ses clowns agités. Au delà de la tenue, il y a le verbe. Le verbe est vif. Certes jeune, parfois impulsif. Le sang parle. Enfin. Ce sang incarné par un amour profond de l’Europe, de son génie, de sa « race ». N’en déplaise aux zélateurs du vivre ensemble, l’appartenance raciale n’est pas un gros mot.
Nous concevons que chaque ethnie soit fière de son appartenance et de sa localisation. Le nouvel esclavage ne passera pas par nous. Theusz est enraciné. Sur sa terre. Dans son Europe, son Heimat. Et Avant Garde nous conte une Histoire.
Avant Garde est un album dont les séquences s’enchaînent en Cut. Musique martiale. Totalement. Il y a du peplum dans les plages mais surtout une trame audio narrative. L’album commence par ce que j’estime une résignation sonore qui me dit en plus (séquence 2) que Laibach is dead ! Non  Laibach que nous avons interviewé  est bien vivant, créatif, innovant.
Ainsi est Theusz : iconoclaste, taquin et innovant. Donc … tranquillement, il nous emmène vers les plages de fin d’album (il en comporte 17) où la puissance créatrice accouche de l’âme existentialiste. Fi de la soumission, Esther (séquence 11) nous libère de nos chaînes qui sont de plus en plus lourdes à porter du fait de l’oppression républicaine. Penser, créer au nom de nos racines, c’est désobéir.
Theusz désobéit, nous invite à être  l’avant garde de la désobéissance. Un Dieu, mais pas de maîtres et encore moins Francs-Maçons ! A mon sens, Avant Garde est un album d’intention. Le collectif a posé ses marques. La route pour La Défense de l’Europe éternelle, qu’elle soit  catholique ou païenne, est posée. Nous avons eu le loisir d’écouter et de diffuser des créations plus récentes, plus « heureuses ». La force est dans la joie ! Et le bruit de bottes de  objectivisme feat giovinezza Europea  (14) n’écrase pas. Bien au contraire ! Il nous invite à nous mettre en marche … contre nos ennemis organisés en dictature. L’ensemble est cohérent … sombre.
Ce n’est plus le cas des dernières créations du collectif qui on fait fi de l’obscurité pour la lumière européenne … La Force est en Nous.
La Création est dans la jeunesse.
Theusz l’incarne avec élégance et raffinement. Et  dans l’enracinement.
Les derniers sons augurent de la joie vers la  reconquête.
Et c’est là où Theusz excelle, dans la vibrante musicale de la  Lumière de l ‘aube nouvelle que nous attendons toutes et tous.

Derniers articles Arts & Lettres & Chansons

Haut De Page