Traité d’Aix-la-Chapelle : vers un quatrième Reich mondialiste?

dans Zones occupées

Le 22 janvier prochain, Emmanuel Macron et Angela Merkel signeront en catimini un nouveau traité d’Aix-la-Chapelle, faisant ainsi de la capitale des Francs le lieu de toutes les trahisons. Trahir l’histoire, renier la gloire de la France et de ses ancêtres pour se vendre à une puissance étrangère elle-même sous la domination d’une organisation totalitaire pompeusement baptisée O.N.U., voilà où nous a menés la marionnette présidentielle toujours prompte à se vautrer aux pieds des vieilles dames. Lorsque le roi franc Pépin le Bref y installa son palais et que son fils Charlemagne en fit la capitale des Francs, ils ne se doutaient guère que plusieurs centaines d’années plus tard, un régime républicain assassin du roi très-chrétien Louis XVI ferait d’Aix-la-Chapelle le symbole de toutes les trahisons.


Klara Von Kustniz
Klara Von Kustniz

Adolf en avait rêvé, Angela et Emmanuel l’ont fait. Le nouveau diktat d’Aix-la-Chapelle prévoit une collaboration encore plus étroite entre la France et l’Allemagne, dans le but de renforcer la cohésion européenne, c’est-à-dire d’écraser davantage notre souveraineté sous le poids du « machin » européen. Le texte prévoit « d’élever les relations bilatérales à un niveau supérieur » afin de « favoriser la diversité culturelle », le tout sur fond de bilinguisme…ce qui prête à sourire quand on sait à quel point l’Education Nationale a ravagé l’enseignement de la langue de Goethe ces dernières années sous prétexte de niveler les classes qui auraient une velléité élitiste. Nous voilà donc avec des universités franco-allemandes et des doubles programmes.
Les mal-pensants que nous sommes s’interrogent sur la nécessité d’imposer aux petits français l’apprentissage d’une langue, certes parfaitement respectable, mais parlée par seulement 100 millions de locuteurs dans le monde, essentiellement en Europe. Etant donné la démographie allemande, la langue de Goethe est la première langue de l’Union européenne. Craignons qu’elle n’en devienne la seule … D’ailleurs, on ne voit pas réellement pourquoi la langue allemande a une telle importance stratégique au niveau mondial.
La cible de toute cette belle organisation linguistique se trouve dans nos écoles : les jeunes n’échapperont pas aux échanges culturels en tous genres par l’intermédiaire de l’Office franco-allemand pour la Jeunesse. Verrons nous bientôt défiler l’Europa Jugend dans nos belles rues de France ?

Un quatrième Reich mondialiste ?

Encore, s’il ne s’agissait que de langue et de culture, nous pourrions nous réjouir d’une telle ouverture mais hélas, le traité mène la France vers des chemins hasardeux et extrêmement dangereux. Des ministres allemands siègeront lors de nos conseils des ministres et vice-versa, faisant de l’Elysée le palais du Gauleiter Macron. Emmanuel et Angela nous proposent une convergence économique, sociale et fiscale. Il y a fort à parier que notre système social s’alignera sur le système allemand et non le contraire, ce qui permettra aux petits copains du privé de récupérer la sécurité sociale, les retraites, l’assurance chômage etc.
Mais, de tout cela, étant donné les origines bancaires du locataire de l’Elysée, nous ne doutions guère. Le traité ne fera qu’accélérer les choses. L’Euro Reich a déjà ruiné notre indépendance monétaire alors un peu de plus ou de moins. Tout pour l’achèvement du Marché Unique (Munich ?) ! Notons que les citoyens français ou allemands n’ont rien demandé mis à part vivre du fruit de leur travail sans craindre que « le Marché Unique » vienne leur grignoter la laine sur le dos. De joyeuses perspectives s’ouvrent devant nos yeux éblouis : encore moins d’entreprises françaises, encore plus de mondialisation, encore plus de services privés.
Et non contents de nous ruiner les Double-Pattes et Patachon d’Aix-la Chapelle veulent faire armée commune en faisant converger les objectifs de défense et de sécurité. Pour la défense, les deux états se prêteront assistance mutuelle en cas d’agressions sur leur territoire afin d’en garantir la stabilité intérieure. Pourquoi encore ajouter cet article puisque que le Traité de l’Union européenne prévoit déjà ce genre de choses ? Est-ce à dire que l’on pourrait considérer une révolte populaire légitime comme une agression passible de l’intervention de l’armée allemande ? Verra-t-on des militaires allemands rafler des Gilets Jaunes ? Je laisse à nos lecteurs la responsabilité de la moindre reductio ad hitlerum … Il y a des couleurs qu’on n’oublie pas …
En ce qui concerne la défense extérieure, les deux états souhaitent « crédibiliser l’Europe dans le domaine militaire ». Comment donc ? La France et l’Allemagne ne disposeraient-elles que de vieux Lebel ou Mauser rouillés et de chars d’assaut antédiluviens au point d’être la risée du monde ? Qu’on se rassure, il s’agit surtout de travailler ensemble à vendre des armes et à renforcer l’O.T.A.N.
Tout est dit, les deux états  oeuvreront conjointement au sein des Nations Unies abandonnant le peu de souveraineté nationale qui leur restait, afin de suivre les directives d’invasion migratoire mises en place par les mondialistes et la haute finance. Et l’Allemagne lavée du péché originel entrera enfin au Conseil de sécurité des Nations Unies … Nuremberg sera achevé.

Vous n’aurez pas l’Alsace et la Lorraine

Le traité verra également la création « d’eurodistricts », véritables entités transfontalières. Ces régions seront le théâtre des expérimentations des Dr Folamour de l’Europe, optant pour une stratégie commune en matière d’aménagement du territoire, d’écologie et autres champs d’éoliennes dévastateurs. Liaisons ferroviaires, mobilité et transition énergétique en Alsace-Lorraine, le tout sur des normes communes. Les fantômes de nos poilus apprécieront qu’un siècle après leur sacrifice, la république vende une partie de la France au Marché Unique.
Enfin, la France et l’Allemagne harmoniseront leurs législations, notamment en droit des affaires. Pourquoi seulement la France et l’Allemagne. Gageons qu’il ne s’agit que d’une première étape vers la totale disparition des souverainetés nationales et la création d’une fédération de länder aux ordres de l’O.N.U.
Mais rassurons-nous, toute cette belle affaire sera pilotée et gérée par un groupe de dix experts « indépendants » non-élus et bien sûr pas du tout lobbyistes au sein d’un « Conseil franco-allemand d’experts économiques ».
Sur ce, je vous laisse. Je vais me remettre à l’allemand parce que visiblement, ils sont de retour…


Derniers articles Zones occupées

Haut De Page