Gilet Jaune ou la Peste Brune fantasmée des médias de « l’Alliance »

dans La voix de son maître

La révolte du peuple dure depuis des semaines. Rien ne l’apaise. Ni les promesses d’aumône du « Président » Macron ni les morts (9) ni les violences des forces de l’ordre qui toucheront une prime matraque et flash-ball pour services rendus aux ploutocrates au pouvoir qui se fichent éperdument des gamins et des manifestants défigurés. Le gueux est un gueux. Le Bourgeois Républicain, lui est un Sei(ai)gneur. Pour autant, depuis quelques semaines, il a perdu de sa prestance, l’engoncé estampillé Liberté, Egalité, Fraternité. Les médias aux ordres ont beau hurler comme au bon vieux temps de Radio Paris que « la mobilisation faiblit » la France jaunit à en finir par sentir le roussi. Alors ? Que faire ? Affubler les gilets jaunes d’une chasuble antisémite après avoir tenté de leur coller en vain des chemises brunes. Le recours ultime d’un pouvoir qui vacille. Le sommet de la reductio ad hitlerum vient d’être atteint avec le témoignage « viral » sur Twitter de Thibaut Chevillard, journaliste à «20 Minutes». Tassé dans son fauteuil, il aurait  été témoin d’une « scène antisémite dans le métro ». Décryptage.

Rédaction NSP
Ivan Lévy

Hakima Bounemoura est l’auteur de l’article paru dans 20 minutes «Gilets jaunes» : Un journaliste de «20 Minutes» témoin d’une scène antisémite dans le métro, une enquête ouverte. Mot clé Antisémitisme.
Les faits. Trois gilets jaunes présentés comme « un peu éméchés sont dans le métro ». Ils hurlent : « Macron démi-s-sion ». Le journaliste témoin de la scène fait corps avec son fauteuil et évoque des quenelles faites par les individus. La quenelle est une espèce de doigt d’honneur inventé par Dieudonné qui est censé représenter un salut « nazi » inversé, ce qui demande quand même beaucoup d’imagination. Peu importe, il en est ainsi pour les ligues de vertu.
Notre courageux témoin poursuit :  « Une dame âgée, cheveux grisonnants, assise derrière moi, s’est levée. Elle est allée dans leur direction et leur a dit que ce geste était antisémite. Elle a ensuite dit qu’elle était juive, que son père avait été déporté à Auschwitz et qu’ils devaient arrêter immédiatement ».
Réponse présumée des trois individus : « « Moi aussi, j’ai été à Auschwitz . Dégage la vieille ! » et une prétendue déclaration : « les chambres à gaz n’existaient pas. »

    Courage virtuel ?

Sur ce, la vieille dame se rassoit, toujours sans que notre courageux Chevillard ne réagisse autrement que par une indignation contenue; les avinés quittent la rame en se faisant des quenelles. Et le grand journaliste tweete. Le courage numérique et virtuel, c’est beau comme la France de Macron.
J’en ai connu d’autres qui s’étaient levés un peu plus courageusement pour défendre une gamine traitée de fromage, de sale blanche, de vilaine kouffar et de pute mécréante par des représentants de la diversité ; les autres en question n’avaient sans doute pas manqué de ressort et avaient fait preuve d’un peu plus de courage que notre silencieux journaliste en bondissant de leur fauteuil pour signifier aux grossiers personnages qu’ils étaient catholiques et que si leur grand-père résistant avait été interné dans les camps nazis et que s’il s’était battu pour la France, ce n’était pas pour laisser des écornifleurs allogènes insulter une femme de France. Eux s’étaient pris une baffe voire y avaient laissé leur peau et aucun ministre n’avait pris leur défense … comme Monsieur Castaner, le super ministre de l’Intérieur.
Sur Twitter (la République ne s’exprime plus que virtuellement, chaque déplacement risquant de virer à l’émeute), ce dernier s’est indigné :
« Ignoble et insoutenable.
Tout sera mis en œuvre pour identifier ces individus.
Ils doivent répondre de leurs actes abjects. 
Couvert d’un gilet jaune ou caché derrière un pseudo sur Twitter, l’antisémitisme doit être combattu de toutes nos forces. »
L’article de 20 minutes précise qu’une enquête est ouverte et que : « De nombreux incidents ont éclaté ce samedi en marge du mouvement «des gilets jaunes», notamment à Paris sur les marches de l’église du Sacré Coeur où le chant antisémite de « La quenelle » a été chanté par « plusieurs manifestants. » La Marseillaise et son couplet sur « le sang impur »aussi et ce chant qui incarne sans  doute la plus belle quenelle de notre Histoire se veut respectable.

 Les titres de « l’Alliance » sur les rails !

Le Gouvernement essayant d’affubler les Gilets Jaunes de la chemise brune a bien entendu bénéficié du relais médiatique des titres subventionnés par l’Etat regroupés depuis mai 2018 au sein de la « Nouvelle Alliance de la presse d’information générale », présidé par Jean-Marc Baylet, franc-maçon au Grand Orient de France,  ministre de l’Aménagement du Territoire, de la Ruralité et des Collectivités territoriales dans le gouvernement Manuel Valls, soutien d’Emmanuel Macron lors de la Présidentielle de 2017. Monsieur Baylet est aussi le président-directeur général du Groupe La Dépêche du Midi.
En 2018, son groupe a obtenu une subvention de la part de l’Etat de 3,4 millions d’euros pour financer une nouvelle imprimerie dont le coût total s’élèverait à 6 millions d’euros. Cette subvention attribuée par le Fonds Stratégique pour le Développement de la Presse (FSDP, toute ressemblance avec un autre acronyme insultant est une pure coïncidence) a été obtenue malgré l’avis négatif de la Direction Générale des Médias et des Industries Culturelles (DGMIC) du ministère de la culture, selon la Lettre A.
En 2015, il figurait en huitième position sur les 326 médias subventionnés avec 1,6 million d’euros. Une subvention qui a légèrement baissé en 2016 avec « seulement » 1,3 million d’euros. Du côté du Midi Libre en revanche, cette subvention est passée de 600 000 € à 760 000 € entre 2015 et 2016, passant ainsi de la 27ème à la 23ème place.
Tout cela pour dire quand l’Alliance soutient les siens, ça fait du buzz sur le Web … officiel.

Instrumentalisation mémorielle

Il suffit ainsi de taper « Gilets Jaunes Antisémites » sur Google pour voir notre Sacrée Sainte Presse relayer un fait divers monté en épingle par un journaliste de passage pour servir le discours d’Etat et discréditer un peu plus une Révolte populaire et honnête.
Ce genre de discours est bien entendu, depuis le début de la mobilisation des Gilets Jaunes, relayé jusqu’à plus soif  par le site d’ultra gauche de la Horde, dont les connivences avec le pouvoir et les liens avec le directeur artistique du journal Le Monde ne sont plus à démontrer.
Ce sont sans doute à ces connivences et à leur travail de supplétifs de la République que ces groupuscules qui pillent, saccagent des locaux identitaires ou tiennent ouvertement des propos anti-israéliens doivent leur totale impunité sur les réseaux sociaux où la censure règne pour le moindre sympathisant de la Droite Nationale.
Ce qui est en tout cas très clair, c’est que l’Etat et les médias aux ordres ont atteint leur point Godwin. Le peuple qui rejette en masse les médias sur les barrages n’est pas dupe de l’instrumentalisation mémorielle indigne qui est faite par une caste bourgeoise et financière pour tenter de garder ses privilèges. C’est peine perdue. L’insurrection est là.
La République va prendre son Dernier Métro.

Derniers articles La voix de son maître

Haut De Page