Tu seras un homme mon fils

dans Réflexions & Histoire

Tu grandis peu à peu, comme je le souhaitais, la bonté dans l’âme, avec l’amour dans tes yeux d’enfant, le respect pour nos coutumes ancestrales. Ton bonheur, tu le partages avec moi et tu seras un homme mon fils parce que tu en as le courage, mais le courage il t’en faudra  il t’en faudra pour traverser ce monde de barbares ignorant tout des lois sacrées  et où règne le «sans pitié» Je t’accompagne et je lutte pour que change ton monde, pour que ton chemin soit plus aisé , je tente de te protéger des coups et je t’apprends à en donner, le mot «survie» peut paraître fort mais c’est bien de cela dont il s’agit !


Rédaction NSP
JULIUS.CAIUS

Je suis désolé, mon fils si je ne peux t’apporter mieux , mais je me bats. Nous sommes une poignée à résister pourtant, et tout se casse la gueule autour de nous  plus rien ne semble pouvoir tenir, ni nos lois chrétiennes pourtant le fondement de notre histoire, ni les lois républicaines qui se voulaient si exemplaires dans un passé pas si lointain et qui s’effritent, se fissurent  tous les jours de plus en plus  avec des hommes qui en haut s’illusionnent encore de leur pouvoir, un pouvoir de papier en vérité .
En vérité je te le dis, dans ce monde de chaos, dans ce monde de dégénérés en tous genres, où certains hommes veulent devenir femmes, où ces racailles ont construit leur propres règles d’indépendance étatique, où la médecine est presque cotée en bourse, où les assassins sont relâchés, où les violeurs courent toujours, où on laisse crever les vieux dans des mouroirs organisés, il va t’en falloir du courage ,mon fils, pour te frayer un chemin. Tu y verras des gens hébétés, comme inanimés, et vidés de toutes cultures, des croisés sanguins; tu y verras aussi des aveugles démunis de tout quotient intellectuel et incapable de pouvoir discerner le bien du mal, le vrai du faux, la justice et de l’injustice; tu y verras des pleutres et des lâches trop peu courageux pour défendre même leurs enfants, soumis au premier rapport de force qu’ils peuvent rencontrer! Ceci sera ton quotidien, ton combat sera de résister, ton combat sera de ne pas figurer dans ce long troupeau de moutons, tout sera mis en œuvre pour t’amener là où ils veulent mais tu devras te battre pour ne pas perdre de vue notre lumière divine qu’ils veulent voir s’éteindre faute de croyants .
Car au-delà de notre foi en un seul et unique Dieu, la foi chrétienne, il existe une autre foi qui doit nous accompagner chaque jour, c’est la foi nationaliste . Ce sont ces deux et seules fois qui nous permettront de vaincre; tu ne devras jamais t’en éloigner, elles guident nos pas, elles guident nos batailles et victoires. Elles seules sont dignes et lorsque nous nous mettons à genoux devant elles, ce n’est pas par soumission mais  en signe de reconnaissance et de dévotion au combat. Nous avons besoin d’elles et elles ont besoin de nous pour que puissent triompher nos saintes valeurs en Dieu et en notre sainte terre.
Ton bouclier sera ta foi, ton épée sera ta patrie.
Non, mon fils, je ne suis pas retourné en l’an de grâce 1200, mais ce monde-là en est tout aussi barbare, une barbarie moderne mais une barbarie quand même. Regarde: certains coupent encore des têtes et égorgent sans pitié au nom d’Allah, les guerres n’ont jamais cessé chez eux, dans leur cœurs je veux dire. Les guerres contre le Christ sont leurs uniques ambitions, tu vas devoir être un homme mon fils à travers tout cela contre tous ceux là .
En attendant, je marche encore un peu près de toi et si je me plie, c’est dû aux années ,car ma foi est intacte, nos pires ennemis sont dehors , avec un libre laisser-passer pour une foi ou  une croyance puante. Les antifas aussi sont libres, ils beuglent comme des veaux, s’imaginant invincibles mais tellement friables, tout comme leurs idées nauséabondes et vomitoires. Voilà mon fils, faisons route ensemble, encore, toujours et demain nous serons des milliers.