Une Jeanne d'Arc métisse ou l'attentat à la pureté

dans Tour d'horizon

Jeanne, la guerrière au doux visage , symbole pour tous les nationalistes français. Mais surtout Jeanne la Blanche ! Cela devait arriver, la pucelle d’Orléans est la cible des forces cosmopolites, toujours en première ligne pour détruire ce qui beau, ce qui est pur.

Rédaction NSP
Ernest

Mathilde Edey Gamassou, un patronyme qui ne fleure guère notre terroir comme vous l’aurez remarqué, née d’un père béninois et d’une mère polonaise, a été sélectionnée pour incarner Jeanne d’Arc lors des fêtes Johanniques de 2018.
Candidature appuyée par Béatrice Odunlami, ancienne rappeuse, elle-même métisse béninoise siégeant au conseil municipal d’Orléans, et proche du mouvement « En marche ».
Cette dernière ne perd pas une occasion de revendiquer son sang mêlé, l’affichant sur son site officiel et dans la description de son compte twitter. Imaginez qu’membre blanc du conseil municipal d’Orléans ait osé affiché ses origines raciales sur la toile. On aurait aussitôt entendu les cris d’orfraie des ligues anti-racistes.
Nous apprenons qu’elle est l’amie d’ Élie Chouraqui, réalisateur issu d’une famille juive algérienne (Source : Wikipédia) et soutien d’Emmanuel Macron pour les élections présidentielles de 2017.
Dès le début des protestations, les premiers à faire part de leur soutien à Mathilde Edey Gamassou appartiennent à la même communauté que Monsieur Chouraqui.
La boucle est bouclée, et cela ne saurait étonner les esprits éclairés. Il s’agit toujours des mêmes affidés derrière les attaques faites à notre nation et à notre civilisation.

Évidemment, nous n’attendions pas un soupçon de bon sens venant de Marine Le Pen qui a jugé « honteux » les attaques contre la métisse béninoise.