Sauvez le monde : faites-vous stériliser!

dans Zones occupées

Ces derniers jours, sur les murs du quartier populaire d’Islington, sur Holloway Road, à Londres, a fleuri un panneau enjoignant clairement aux blancs de se faire stériliser « Imagine a city less crowded, do your part, get sterilized yay ! » (Imaginez un ville moins surpeuplée, participez, faites-vous stériliser yay!» La diversité si chère à nos élites n’est pas représentée sur le panneau : on y voit que des blancs …


Klara Von Kustniz
Klara Von Kustniz

Dans le quartier populaire d’Islington, à Londres, la diversité est si importante que le blanc se fait rare et la présence de ce singulier panneau enjoignant la population blanche à se faire stériliser pour sauver le monde est pour le moins insolite puisque si le quartier est surpeuplé, c’est bien à cause de la population d’origine allogène, à forte proportion musulmane. Naturellement, impossible de savoir qui est le gentil mécène à l’origine de ce scandaleux affichage et nul ne songe à y voir un quelconque racisme anti-blanc. Cette campagne d’affichage fait d’ailleurs écho aux propos du député EELV Yves Cochet qui conseillait aux européens de faire moins d’enfants pour sauver la planète.

Racisme anti-blanc versus pro-choice

Dans le même temps, dans le quartier de Walthamstow dans la banlieue londonienne, une campagne d’affichage anti-avortement a provoqué un scandale national en affichant sur vingt pieds le corps d’une petite fille avortée de 24 semaines, corps parfaitement formé avec les doigts et les orteils bien visibles, à côté du visage de la députée travailliste Stella Creasy, militante pro-avortement et qui s’est battue pour que les femmes d’Irlande  puissent avoir recours à l’IVG.

Les panneaux avaient été érigés par la branche britannique du groupe américain anti-avortement Center for Bioethical Reform. Suite à la médiatisation de l’affaire, la société Clear Channel qui gérait les panneaux les a fait retirer et s’est excusée platement, cédant ainsi aux diktats des lobbies pro-avortement.
En sera-t-il de même avec les panneaux enjoignant aux blancs de se faire stériliser ?
Il est permis d’en douter.

Des campagnes mondiales

Ce panneau scandaleux n’est pourtant pas le premier du genre. Une campagne internationale d’affichage encourage la population à « diminuer » et à se réjouir des faibles taux de natalité avec des panneaux présents – curieusement – uniquement dans les pays industrialisés comme à Sintra au Portugal, au Pays-Bas ou à Singapour : « Celebrate low birth » (réjouissez-vous du faible taux de natalité) ou « Shrink towards abundance » (Rétrécir pour l’abondance). Cette campagne, The Great Decrease (la grande diminution) a été lancée par Ultra Ultra agence de publicité néerlandaise visant à sensibiliser la population sur les questions sociales. La campagne est née après un colloque sur la croissance démographique humaine à Amsterdam au Rode Hoed et au Niewe Liefde (deux centres culturels), colloque auquel participaient plusieurs chercheurs et spécialistes comme Donna Haraway pionnière du cyberféminisme et à la pointe des études sur le genre (Le Manifeste Cyborg, 1984 ) et des artistes comme Tinkebell  qui s’intéresse à la cause animale et qui se fit connaître en trucidant son propre chat pour en faire un sac à main en fourrure afin de démontrer la maltraitance des animaux domestiques ou Arne Hendriks qui étudie « artistiquement » les implications du rétrécissement de la taille de l’espèce humaine pour mieux s’adapter à la planète.
Le monde de demain imaginé par une féministe cybernétique, une tueuse de chat et un géant qui rêvait d’être un pygmée  se résout finalement à une seule chose : le suicide de la population blanche par l’avortement, la stérilisation et le remplacement ; car aucun de ces joyeux drilles n’envisage la limitation des naissances des autres populations.

Les 10 commandements de l’Antéchrist

Ces campagnes insidieuses et de plus en plus nombreuses dans le monde font irrésistiblement penser aux Georgia Guidestones. Appelé le Stonehenge américain, c’est un monument en granit érigé en 1980 aux Etats-Unis près d’Elberton en Géorgie. Nul ne sait qui en est à l’origine ; la commande a été faite sous le pseudonyme de R. C. Christian . Une clause de confidentialité a été signée entre la firme constructrice, les banquiers et la ville d’Elberton afin que le nom du commanditaire ne soit jamais révélé. Sur ce bloc sont gravés 10 « commandements » en huit langues modernes. Le premier de ces commandements enjoint de « maintenir l’humanité en dessous de 500 millions d’individus », ce qui ferait disparaître environ 12 humains sur 13. Le deuxième recommande de « guider la reproduction avec sagesse en améliorant l’aptitude et la diversité ». Génocide des peuples, eugénisme, voilà le nouveau « guide » sensé mener l’humanité vers « l’âge de raison ». Les complotistes diront que ces commandements vont dans le sens du Nouvel Ordre mondial. Finalement, à l’aide de ces nouvelles campagnes appelant à la stérilisation et donc à l’extinction de la race blanche, une hyperclasse inconnue – rappelons que nul ne connaît les commanditaires des panneaux londoniens – serait en train d’organiser le monde selon sa vision en mettant tout en œuvre pour supprimer les dissidents et dominer une horde d’exécutants soumis à souhait. Comme nous avertissait Aaron Russo  dans son dernier documentaire avant sa mort «  America : Freedom to Fascism » : ” Ils ont les machines à billets. Ce n’est pas une question d’argent, ils ont tout l’argent qu’ils veulent. C’est une histoire de pouvoir et de leur vision du monde. »
Peuples d’Europe, changez leur vision du monde : faites des enfants !

 

 

Derniers articles Zones occupées

Haut De Page